TippiRod - Arrêt sur images - L'alibi

L'alibi

 1604961 571807026246320 808689232 n

Source image inconnue

 

Les imbéciles !

Oh oui ! Quels imbéciles ils font !

Elle, pour être tombée dans le panneau ! Au moins pour cette folle éprise, l'amour rend aveugle, mais dans l'autre sens ! Quelle cruche !

Lui, pour choisir de se taire plutôt qu'avoir dit qu'il était avec moi.

Quel affront !

Entre deux aveux, choisir le moindre... Et il préfère se laisser accuser d'un acte criminel , plutôt que reconnaître qu'il me rencontrait.

Jamais je n'aurais pu imaginer cela. J'ai voulu l'acculer à la vérité, ne lui laissant aucune porte de sortie … Et cet imbécile choisit la prison.

Quant à elle, je l'ai aperçue, quantité négligeable, ratatinée dans sa dignité... indigne fille qu'elle a toujours été, elle vient de prendre quinze ans en moins d'une semaine.

Nous avions l'air de sœurs, voilà qu'elle paraît être l'ainée de nous deux ! ¨Pauvre fille !

Tout cela est entièrement de sa faute. Elle est coupable de naissance !

J'étais une enfant précoce, singulièrement brillante, j'ai précocement été mère — fille-mère, comme ils disaient !

Mes propres parents ne croisaient plus mon regard. Il fallait un père, je ne concédais que l'impair. J'avais beau tenter le déni, elle était déjà grosse et prenait toute la place.

Je me sentais du haut de ma petite adolescence, comme une bête de foire. Mes amies ont dû craindre la contagion. Dépitée et seule au monde, je me suis aventurée au milieu des roulottes. Un instinct de survie rapport à mon ressenti.

En arrière des manèges, l'attraction était totale :

 

 

La femme sans corps !

 

Approchez Mesdames et Messieurs !

Venez observer l'extraordinaire femme-tête !

Elle vous regardera, vous parlera, pourtant elle n'est qu'une tête !

Pas de buste, pas de bras, pas de jambes, juste une tête !

 

Ânonnait le bonimenteur

 

 

 

Je n'avais que quelques pièces, pas assez...

L'homme riait de mon gros ventre et me présageait des horreurs. Voyant cependant que l'enfant femme attirait plus de monde que son mégaphone, il changea de discours :

 

 

L'enfant tout en ventre et la femme « qu'une seule tête »,

Mesdames et Messieurs,

la rencontre va être explosive,

Ne ratez pas ce phénomène !

Le surnaturel est au rendez-vous !

Et pour le même prix en plus !

Voyez comme je suis faible !

 

 

 

La commune toute petite regorgeait de badauds idiots. Ils murmuraient sur la place : c’est la petite du commissaire... Oui oui, oh ! Si c'est permis ! Les pauvres gens ! Des gens si comme il faut, pourtant !

Allez ! Qu'il avait dit le bonhomme, entre par là, tu vas faire recette !

Il m'avait poussée derrière le rideau, la tête était là, posée sur la table, nichée dans un foulard rouge. Elle me souriait.

— N'aie pas peur, approche-toi, je ne vais pas te mordre ! Éclata-t-elle de rire

Quelques minutes à peine, et les visiteurs étaient face à nous, mon gros ventre et la tête.

Comme j'aurais voulu être à sa place ! J'ai toujours été jolie et parader ainsi toute déformée me donnait la nausée. La tête aussi était jolie, mais moins que moi. Elle souriait et prononçait quelques phrases récitées.

Le bonhomme m'a gardée tout l'après-midi et toute la soirée. Nous avons accumulé représentations tacites ainsi que pièces de monnaie dans la poche du gros.

Je n'ai jamais oublié ce jour-là. Je me suis jurée qu'unique elle serait, que plus jamais une horreur pareille ne m’arriverait.

La tête, la nuit venue, a repris des pattes et s'est bien amusée de mes yeux ébahis lorsqu'elle est ressortie de l'illusion installée.

Nous avons beaucoup parlé, elle et moi. Elle connaissait ma peine et mon dégout ; elle était passée par là. La vie ambulante était son exil. Le gros bonhomme l'avait sortie de la mouise.

J'aurais aimé les suivre. Hélas ils m'avaient cachés repartir dès l'aurore et le lendemain matin, plus de tête ni de bonhomme. Je crois que mon gros ventre aurait préféré la vie des roulottes – loin des regards accusateurs, loin des rumeurs assassines.

Ce sont eux, les cancaniers bien pensants qui l'ont tuée dans l'oeuf. Et voilà qu'à présent, tout recommencerait... Un embryon me ferait aïeule en avance ! Il fallait y remédier avant même que les tourtereaux n'y aient songé.

Bête de foire j'ai été, dans la rue, sur la place... Aujourd'hui, elle me regarde comme une bête en rut ! Elle m'a volé ma vie et ose l'ingratitude en sus.

Je voulais qu'elle sache combien la rue fait mal.

 

Je ne supporte pas leur insolence et leur mièvrerie à s'approprier comme fétiche, le peu qu'il me reste de beau...

« Sa montre précieuse », comme il aime la nommer et dont il ne saurait se séparer, avec sa petite étoile gravée... Je t'en ficherais !

Est-elle inconsciente à ce point, d'avoir choisi pour symbole de leur fusion de carton, la petite marque que je porte en secret.

C'en est assez de ces minauderies à l'étoile de mer, je vais leur faire goûter les fruits de mère amers !

Une phrase de lui, « j'ai un alibi », et tout était fini !

Mais il veut épargner sa vilaine !

Grand mal lui fasse !

Il préfère la prison, eh bien! Qu'il croupisse !

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

TippiRod

 

*

 

Vous pouvez lire le 1er volet d'Arrêt sur images en cliquant sur le lien ci-dessous :

TippiRod - Arrêt sur images

Pour lire le second volet  d'Arrêt sur images :

TippiRod - Arrêt sur images - Lui

 

*

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×