TippiRod - Arrêt sur images - Lui

Arrêt sur images - Lui

 

Dc4f8b327de294e41673ba58eb71f80a

Source photo inconnue

 

 

Il n'avait rien vécu du parcours qui l'avait ramené dans sa cellule.

Le temps s'était arrêté sur son murmure fracassant :  "Entre-temps"? Tu peux m'expliquer ce que tu as fait entre-temps ?

 

Et non justement, il ne le pouvait pas...

 

Maintenant sur le lit, dans la cellule vide — on ne prenait pas le risque de mélanger aux autres, ce genre de criminel – il revivait sa question et le silence lourd de conséquences, qu'elle avait pris pour un aveu.

 

De toute l'injustice qui allait s'écraser sur lui, celle-ci était la plus accablante.

 

Il s'est étranglé quand elle a prononcé la phrase, elle avait déjà une consonance de verdict. Aussi étrange que cela puisse paraître, il ne l'avait pas du tout anticipée. Il se pensait, tous les deux au-dessus de ces soupçons abjects.

 

Il aurait dû, il aurait pu s'horrifier et à son « entre-temps ? » lui objecter « mais comment peux-tu  ? »

 

 

Tout s'est mis à tourner autour de lui, les murs sans âme de la prison ont laissé place aux visions idylliques …

 

Il entendait le fracas des vagues et savait exactement où elle était...

 

Il avait envie de pleurer « ne me vois-tu pas là, assis tout contre toi, mon bras passant sur ton épaule et plongeant tout près de ton cœur, mes doigts frôlent le nid de tes frissons, juste là, au tout petit creux de ton estomac... Je t'entends rire «Eh ! Tu me chatouilles ! »...

 

Je sens ta jambe complice, négligemment posée entre mes genoux... mes yeux caressent ta nuque, mon amoureuse, mon premier horizon...

 

A cette évocation, la naissance de ses cheveux aux senteurs de soleil, le vertige devient insupportable, le tourbillon avale l'océan en un puits noir et sans fond.

 

 

Il se voit tous les deux, blèmes sans expression, vides de tout leur être, évincés de leur histoire, bannis de l'amour et de tous les infinis.

 

Au lieu d'avouer ce qui lui paraît inavouable, il s'est tu, littéralement paralysé.

 

Comment lui dire cela, loin d'elle, un gardien à ses côtés... Il n'a pas su

 

Il n'a pas su, et elle les a crus …

 

 

Téléporté, il a occulté le dédale des couloirs et le voilà écrasé sur un matelas de honte. Rien pour le consoler, même pas sa précieuse montre gravée de la petite étoile de mer, sa boussole, le miroir de la victoire des sentiments. On lui a confisqué ce bijou, on lui vole son innocence l'accusant de l'avoir perfidement dérobée à d'autres.

 

 

« Ma Funambelle, comment peux-tu le croire, l'imaginer ? »

 

 

 

Au nom de nous, retiens-moi, je t'en supplie...

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

© TippiRod

 

*

Vous pouvez lire ou relire le 1er volet d'Arrêt sur images en cliquant sur le lien ci-dessous

TippiRod - Arrêt sur images

 

*

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

1. Stéphan Mary / Le zèbre (site web) 05/03/2015

Hello Tipi. Un grand plaisir de te lire "Au nom de nous, retiens-moi, je t'en supplie..."
C'est fort
C'est merci
C'est encore
Ce n'est pas fini..;

2. Eve Zibelyne (site web) 22/12/2013

Beaucoup de délicatesse dans ces sentiments retenus, effleure de cœur et douleur pour du grand Tippi !

Chapeau bas, ma belle !

3. Aliza (site web) 21/12/2013

J'avais déjà lu ce texte mais j'ai eu grand plaisir à le relire, il est magnifique !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×