Tom Pham Van Suu - Crépuscule

Crépuscule

 

 

 

La pluie a figé le jour sur le dos d’une araignée

Un nuage entre chaque paire de pattes et le ciel déchiré

 

                          entre chaque mandibule

 

Le soleil a coulé dans chaque goutte de pluie comme

 

                         un jaune d’œuf percé par le vent

 

Lentement les yeux écarquillés de stupeur :

Le papier peint du jour est fendu

 

                 par les lances-roseaux des fous et les couteaux rances des rêveurs

 

C’est la nuit qui empoisonne l’haleine des dormeurs

 

 

 

 

 

Les jardins des châteaux s’animent sous la lune Leurs ombres

 

                         sont sorties de mes valises

 

Elles me courent après pour me manger le bout des mots

La lune à la chevelure chaussée d’un chapeau de cheminée s’est parée d’un drap

 

                         de pluie pour dormir

 

Chaque soupir bulle d’une couleur d’abeille est un pilier de plus

 

                         pour soutenir les fondations de la nuit

 

On les entend craquer parfois sous le chuchotement des étoiles et le poids de mes rêves

Que racontent-ils Je ne sais pas Je dors

 

 

 

 

 

*          *

 

*

 

Tous droits réservés

©Tom Pham Van Suu

 

 

*

 

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×