Patrice Merelle - Ces nuits vertigineuses - 17e Printemps des Poètes

Ces nuits vertigineuses

 

10346463 769363293101442 1749282897715466791 n

Texte publié dans le cadre du 17e Printemps des Poètes pour Variations d'une plume

 

*

 

 

 

Voilà naître la nuit vibrante qui me fige
Des arums dispersant l’effluve chaque soir ;
Comme un désastre languissant de mes vertiges,
L’éclat de mon parfum vire dans l'éther noir.

Des arums dispersant l’effluve chaque soir,
Un stradivarius tremble près de mon cœur ;
L’éclat de mon parfum vire dans l'éther noir
Qui s’est attablé à l’ombre de mon bonheur.

Un stradivarius tremble près de mon cœur.
Las est l’enfant d’un siècle que je maudis
Qui s’est attablé à l’ombre de mon bonheur,
A l’ombre d’un livre broyé par jalousie.

Las est l’enfant d’un siècle que je maudis ?
Voilà naître la nuit vibrante qui me fige
A l’ombre d’un livre broyé par jalousie,
Comme un désastre languissant de mes vertiges.

 

 

 

 

 

 

*           *

 

*

 

 

 

Tous droits réservés

 

© Patrice Merelle 2015

 

 

 

*

 

10 votes. Moyenne 4.80 sur 5.

Commentaires (3)

1. CHATELAIN Jeanine 15/05/2016

Très joli poème lyrique, de Patrice Merelle qui excelle dans le choix des mots. Talentueux poète et peintre à ses heures

2. CHATELAIN Jeanine 15/05/2016

[image][/image]

3. Cros Roselyne 10/03/2015

j'aime bien la reprise à chaque strophe... Bravo Patrice

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×