Noël Vallier - Tahiti

Époque 1

 

 

 

Aux premières lueurs du matin les persiennes du Faré filtraient les rayons tièdes du soleil polynésien renaissant .
André restait interdit !
Il aurait pu y laisser l'iris de ses yeux.
Point de reliefs à l’horizon, l’étoile incandescente semblait sortir de l’océan, la géographie du lieu était son miroir, l’osmose était somptueuse, la félicité était horizontale, seules les cimes des cocotiers tentaient quelques volontaires saillies, l’azur tirait ses traînes effilées et mousseuses, son bleu insondable était une merveille ...
Ici le temps était modelé au rythme de la croissance ou de l'érosion du corail, matière façonnée par les balancements lancinants de la mer nourricière et les caresses ou les emportements des vents tièdes .
Bonjour l'indolence, bienvenue au grand élixir de vie !
Les alizés effleuraient le visage d’André, il entendait dans leurs souffles, les échos étouffés de lointains éclats de rire.
Le village indigène étirait sa paresse après une nuit parfaite. Incessamment les pirogues à balancier glisseraient tranquilles sur le velours du lagon et viendrait alors le temps de la pêche !!
André goûterait intensément de cette première aurore corallienne.
La base était calme, il avait croisé deux ou trois collègues, vivaient-ils des nuits plus courtes ou voulaient-ils saisir les premières plaintes criardes des frégates et les gais gazouillis des petits oiseaux de l'atoll ? 
Les cocotiers prolifiques lâchaient leurs grappes de noix, mûres à souhait, nos amis les éclataient sur un corail pour en extraire le frais nectar.

 

L’heure du briefing était venu, le temps d’assurer une soigneuse toilette il serait fin prêt et d’allure engageante.
Le réfectoire s’animait, un gradé s’enquit de ses premières impressions , lui signifia courtoisement ses nouvelles fonctions . André s’informa des procédures en cours et s’accommoda du plus vite qu'il le put des servitudes de son prochain protocole ….
Rappel de pure forme, les humeurs étaient dociles, la gouvernance bonhomme, les gens bien intentionnés, quand au scénario il était taillé pour le meilleur …
Il ne pouvait espérer mieux.
L'intendant lui fit découvrir les lieux, l'imposante réserve de vivres, cette chambre frigorifique pleine comme un oeuf, et son stock de produits réfrigérés à tenir un siège !
Il en assurerait la gestion ....
Volailles, pièces de viandes diverses, conserves très très fines, bref une sorte d'achalandage incroyable .
La cuisine était spacieuse, aérée, bien équipée, à l’instar des cuisiniers étoilés André misait gros sur une gastronomie nouvelle, il sortirait de cet atelier se disait-il de quoi surprendre , des recettes à décoiffer , des saveurs inédites ! 
Le moment du repas si prisé dans nos pays d'abondance reste encore le plaisir le mieux partagé, il tenterait de les en convaincre définitivement . 
Sous cette voûte céleste peinte en bleu indigo, l'olfaction des hommes était souvent saisie du parfum venu depuis les embruns du large, au réfectoire les fumets élaborés depuis la profondeur des marmites prendraient aussi toutes leurs places .
Cependant !!
Ses premières contemplations tropicales avaient ravi ses mirettes, détourné son attention et tintaient encore dans ses oreilles les fins cliquetis de ces milliers de perles, colliers précieux aux nacres épaisses et aux reflets changeants.

 

Les appétits étaient curieux et fort aiguisés , ils cognèrent sur les tables pour une bienvenue virile.
Au menu poisson cru, quenelles en sauce, gratin d’épinards et tartelette !!
Le service était assuré par une "bombe" Tureïainne, les hommes ne pouvaient donc que bien se tenir, il leur en coûterait tant !!
Ah ... les ondulations naturelle de ses fesses, à faire se damner les anges !!
Mais ceci est une autre histoire …
Le repas fut grandement salué, nos amis avaient apprécié en gourmets, autour des tables il n'y avait finalement que des gentlemans !!
Plus tard dans l’après-midi le soleil cognait sur le récif, à l’abri dans son faré André prenait du repos.
Il avait décidé pour le lendemain de consacrer une ou deux heures de son temps libre à la découverte de la plongée sous-marine.
Pénétrer le lagon au cœur, remonter d'imposants bénitiers , caresser le cuir luisant des requins de sable !!

 

Quel programme, pensait-il !!

 

 

 

*         *

 

*

 

 

 

Tous droits réservés

© Noël Vallier

 

 

 

*

 

 

 

Pour découvrir l'univers de Noël Vallier, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://larenoueevalno.blogspot.fr/2014/09/du-cote-de-st-nazaire-le-desert.html

 

Pour découvrir sa page facebook :

https://www.facebook.com/noel.vallier.1

 

 

 

*

 

 

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.