Noël Vallier - Comme une sorte de chavirement

Comme une sorte de chavirement

 

 

 

Je m'assieds sur la chaise rembourrée alourdi
Sans rêve sans tourment sans amour et je branle
Du chef considérablement en ce sombre mardi
Je ne vois rien ce soir que mes vieilles chambranles

 

Mon amour oui de toi je pourrais m'enivrer
Et comme à l'ordinaire refaire un peu le monde
Vous sur ma passerelle et moi de manoeuvrer
Pour un peu de roulis oh ma tendre girond

 

Mais de toutes ces faveurs me voilà agacé
D'honorer si souvent tes beautés je me lasse
Et surseoir à ce jeu en rimes délacées
Je me pique à l'enjeu duquel je m'abritasse

 

Alors je ne dirai et ce qu'à Dieu ne plaise 
Que quelques confessions prises en vif à l'orée
Du soir tombant de mars que le soleil apaise
Laissant paraître tard ses reflets mordorés

 

Me voilà aussitôt Amazonien de lune
A guetter prudemment sur le croissant caché
L'instant de la lueur sur cette endormie dune
Le quotidien naufrage de l'astre empanaché

 

Je me lève de l'assise écrasée de mes nuits
Sans hâte un court moment au moment où je gronde
Ton parfum de la chambre à l'heure de minuit
M'entraîne stimulus vers ses lueurs fécondes

 

Mon bel amour tu sais que nous sommes heureux ....

 

 

 

 

 

*         *

 

*

 

 

 

Tous droits réservés

© Noël Vallier

 

 

 

 

*

 

 

 

Pour découvrir l'univers de Noël Vallier, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://larenoueevalno.blogspot.fr/2014/09/du-cote-de-st-nazaire-le-desert.html

 

Pour découvrir sa page facebook :

https://www.facebook.com/noel.vallier.1

 

 

 

*

 

3 votes. Moyenne 4.67 sur 5.