Noël Vallier - Touchée la pirogue !!

Touchée la pirogue !!

 

 

 

Vingt ans, provincial, catholique et si peu téméraire...
C'est moi, c'est encore moi aujourd'hui, toujours physiquement prudent et comme bien d'autres à me soucier de mon enveloppe de chair, cette chair si fragile, si facile à écorcher, cette chair que l'on préserve, cette chair que l'on peut tout autant détester, souvent.
A vingt ans la chair s'éveille, précautionneusement entretenue la voilà à son apogée, sorte de Latex premium, et cette peau juste en surface comme du velours qui l'enveloppe.
Mais avant !!
Quatorze ans, oui sûrement quatorze ans, pour autant que ma mémoire de presque vieux s'en mêle à peu prés correctement, cet âge où je puis enfin me défaire des culottes en coton de mes grands-mères, celles que j'accompagnais depuis leur création, en patron, demi-patron, quart de patron peut-être, et ces aiguilles en acier si proches, si menaçantes, si pointues !!
Mais ce jour là j'étais seul, libre, de l'argent de poche légitime, comme une sorte de barde exceptionnelle, inoubliable moment de liberté, fin d'octobre valentinois somptueux, un crachin débonnaire à poisser joliment le macadam, et des néons naissants comme pour m'indiquer les routes à prendre, pour le bonheur.
L'odorat n'est pas chose simple, cette odeur légère de suie que le nez profond adorait m'enverrait t-il vers quelques tourments??
J'étais seul c'est vrai, heureux, libre assurément, et j'aimais tellement dévorer les perspectives à condition qu'elles fussent droites et franches.
Oui ces avenues interminables du bonheur !!
Ce jour là disais-je j'étais seul, et cette odeur légère de suie pour m'en remettre.
Ça pétait les lumières vers Monoprix, le ciel était somptueusement bas, la rue Pierre Semard tellement téméraire depuis l'angle de l'avenue Victor Hugo donnait de la joie à qui savait la deviner et aussitôt la prendre.
Du bonheur, en effet, jamais je n'ai su mieux prélever, sauf l'amour cette sorte d'oxygène, valve nécessair , gardienne, que dis-je, geôlière du bonheur.
Monoprix ou rien...
1962, Éminence pointe si j'ose dire le bout de son nez, souvenez-vous les culottes de grands-mères, oripeaux dont il fallait coûte que coûte que je me défasse, pour enfin exister, sorte de mue urgente, nouvelle peau pour demain.
Puis pour la première fois peut-être un lot de trois, trois slips blancs, soutien discret jamais pour épater la galerie, mais pour me plaire !!
Ressenti étrange certes, mais soudaine dévoration du blanc ( si j'ose dire ) virginité complic , compagne des tourments de fréquentes innocences, morceaux d'étoffes impeccablement taillés jusqu'à prendre mon modeste sexe pour l'envelopper avantageusement.
Il me sembla séance tenante que je devenais un homme !!
Et cette probabilité si proche me ravit...
Six ans plus tard, j'étais sur le "Berry" au coeur de la Polynésie française, voguant dans l'archipel des Tuamoutus, le slip était militaire, l'humeur captive, et les sens, tous les sens merveilleusement dévorés.
J'étais destiné à douze mois de service armé sur un atoll paradisiaque... et son lagon, ses merveilles, autres albatros et frégates piaillant à la cime des cocotiers.
Et cette pirogue !!
Le Berry, frégate militaire s'en vint un peu essoufflé , elle prit bien soin de prendre au large suffisamment de distance pour ne rien craindre de la barrière de corail, puis elle attendit bousculée par le roulis, la fameuse pirogue.
Cette pirogue qui me fit l'espace d'une demi-heure roi des récifs !!
Elle s'envola au gré du savoir et des expertises des deux tahitiens qui la pilotait par-dessus les vagues requises, comme un papillon pressé, puis elle retomba assourdissante sur l'eau calme de l'océan protégé.
Ce fut aussitôt comme une autre tranche de vie, des moments nouveaux et si tôt une sorte de ressuscitation...
Et bien après mes premières sensations viriles cette idée singulière me prit que je devenais sûrement un homme !!

 

 

 

*         *

 

*

 

 

 

Tous droits réservés

© Noël Vallier

 

 

 

*

 

 

 

Pour découvrir l'univers de Noël Vallier, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://larenoueevalno.blogspot.fr/2014/09/du-cote-de-st-nazaire-le-desert.html

 

Pour découvrir sa page facebook :

https://www.facebook.com/noel.vallier.1

 

 

 

*

 

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.