Mathieu La Manna - Tina la petite sorcière sans bouton

Tina la petite sorcière sans bouton

 

 

Dans la forêt des Boutons se trouvait un drôle de village. Il n’y avait pas de rue, et les boîtes aux lettres se trouvaient sur le toit des maisons. Et ces mêmes maisons étaient bâties dans les arbres. Il fallait donc lever la tête et chercher à travers les feuilles pour les voir. C’est d’ailleurs pour cette raison que peu en connaissait leur existence. Les maisons étaient en forme de cône noire et la porte se trouvait en dessous de celui-ci. De toutes petites fenêtres entourées de moulures orange se trouvaient dans le sommet de ces maisons. Les habitantes de ce village y cultivaient des champignons et des navets. Mais le plus gros de la culture de ces habitants était la citrouille.

 

Vous l’avez certainement deviné, ce village en était un de sorcières. Contrairement à ce qu’on peut en dire, ces dames étaient gentilles. Simplement que le fait qu’elles soient différentes des autres faisait peur aux habitants des autres villages. Il faut dire que leur visage pouvait être horrifiant. Une peau toute ridée. Des cheveux rêches, de longs doigts crochus, mais le pire de tout… c’était l’énorme bouton sur leur nez. Pour elles, c’était leur fierté et chacune d’entre elles faisait tout pour le mettre en valeur. Soit en le décorant avec des poils d’araignées, des pattes de mouches ou encore des antennes d’escargots. Selon elles, on ne pouvait être une sorcière que si on en avait un et plus il était gros, plus elles étaient fières.

 

Ce petit village vivait dans le calme total à l’exception d’une seule journée par année. Celle de l’Halloween. Cette fête était très spéciale et importante pour elles, car c’est lors de cette fête que naissent les nouvelles sorcières. Elles sortent de citrouilles comme les petits oiseaux des œufs.

 

Or, lors de l’année 1903, un événement perturba la fête… Tout était normal à priori. Les sorcières mangeaient des gâteaux aux betteraves, des bonbons aux champignons et buvaient du jus de limaces. Elles dansaient et chantaient au rythme de l’orchestre de sorcières musiciennes. C’était le bonheur total et les minutes s’écoulaient sans problème. Toutes attendaient le moment crucial, soit l’éclosion des nouvelles sorcières. Elles sortaient de leurs citrouilles à minuit précisément. C’était un moment magique et toutes les sorcières, futures mamans se tenaient en cercle, la citrouille entre leur main et quand l’heure de la naissance sonnait, elles levaient leur baguette magique en même temps et d’un coup de celle-ci, touchaient la citrouille. Les citrouilles se mettaient alors à bouger toutes seules, elles tournaient sur elle-même avant de s’ouvrir pour voir le jour… ou la nuit ;)

 

C’était donc le moment tant attendu de toutes les sorcières. Minuit allait sonner dans quelques secondes et les futures mamans avaient leurs baguettes bien hautes dans les airs. On entendait le compte à rebours chanté par toutes. 10-9-8-7-6-5-4-3-2-1-0.

Les sorcières mamans levèrent alors leurs baguettes et touchèrent les citrouilles et comme d’habitude, elles se mirent à bouger et tourner avant d’éclore. En fait… toute sauf une qui refusa de bouger. La maman… n’y comprenait rien, car ceci ne s’était jamais produit avant. Surprise, elle toucha à nouveau la citrouille, mais rien ne se passa. Elle regarda les autres qui tenaient dans leur bras leur petit bébé tout souriant… Elle ne savait plus quoi faire et toucha à plusieurs reprises la citrouille, mais toujours aucun résultat… La citrouille refusait littéralement de bouger. La sorcière sentit la tristesse monter en elle… Jamais elle n’avait envisagé une telle situation et elle était jalouse des autres. Elle se posa des tonnes de questions… Qu’est-ce qu’elle avait fait de travers? Puis… une larme roula de ses yeux à son nez. Elle tenait en équilibre sur son énorme bouton avant de tomber sur la citrouille inerte.

 

La larme se logea dans le haut de la citrouille et c’est à cet instant que celle-ci se mit à bouger. Elle tourna sur elle-même, elle roula sur toute surface qui lui était possible d’aller, puis, à la grande surprise de toutes, la citrouille se hissa dans les airs. Elle volait! Jamais une citrouille n’avait agi de la sorte. Elle faisait des loopings et se faufilait entre les arbres et finalement elle alla se placer devant la lune et explosa en une tonne de feux d’artifice. C’était magnifique et quand tout redevint calme, on vit une petite sorcière descendre avec un parachute en forme de citrouille. Toutes étaient émerveillées devant ce spectacle insolite. La nouvelle maman pleurait de joie en voyant sa petite fille venir à elle. Cependant... plus la petite s’approchait, plus la stupeur gagnait l’ensemble de la communauté des sorcières. C’est que la nouvelle sorcière avait quelque chose de différent… quelque chose qui lui manquait. Un détail énorme qui laissa sans voix la majorité des habitantes du village. C’est que la nouvelle n’avait pas de bouton sur son nez… C’était du jamais vu… Une fois dans les bras de sa maman, toutes vinrent la voir de plus près à la recherche du bouton manquant, mais rien à faire… Pas de bouton… Était-elle réellement une sorcière si elle n’avait pas de bouton? On vient tester son réservoir de magie et pourtant… la magie coulait dans ses veines…

 

Toutes retournèrent à leur maison sur leur balai, laissant seule la nouvelle maman avec cette petite fille sans bouton. Pour la nouvelle maman, c’était un choc, mais déjà elle l’aimait, bouton ou pas. Le lendemain, personne ne parla de ce qui s’était passé la veille.

 

La petite grandit normalement, mais, comme elle était différente, elle n’avait pas d’amie et personne ne voulait jouer avec elle. Tout ça à cause d’un bouton ou plutôt de l’absence de celui-ci. Elle tenta plusieurs tentatives pour se faire des amies, elle devint la meilleure des magiciennes, la plus rapide des pilotes de balai, la plus forte de toute, mais au lieu de l’aider, les autres vinrent à la rejeter davantage par pure jalousie.

 

Un jour, alors qu’elle partit dans la forêt pour être seule et loin de toutes ces moqueries, elle éclata en sanglots et pleura toutes les larmes de son corps. Elle n’en pouvait plus et elle frappa l’arbre sur lequel elle était accoudée. C’est alors qu’elle ressentit une drôle de sensation sur son visage. Surprise et curieuse, elle ouvrit les yeux.

 

Quelle ne fut pas sa surprise de voir une petite araignée, posée sur son nez, qui la regardait les pattes croisées! Surprise et déconcertée, elle cria de frousse. La petite araignée ne bougea pas d’un poil et une fois que la petite se calme un peu, l’araignée se présenta.

 

— Calme-toi petite sorcière, je ne te veux aucun mal, simplement que je me demandais quelle était la raison de cette tristesse. En passant, je m’appelle Boutonnière et la forêt est ma maison. Et toi, tu t’appelles comment?

 

La petite sorcière sous le choc ne sut comment réagir face à cette petite bestiole sur son nez… et qui parle en plus!

 

— Eh… ehhhh, bonjour Boutonnière, je m’appelle Tina et la raison pour laquelle je pleure c’est que tous rient de moi et me rejettent parce que je n’ai pas de bouton sur le nez comme les autres sorcières.

 

— pfff, moi, je te trouve magnifique. Je ne comprends pas pourquoi sont-elles si méchantes avec toi, ce n’est pas le bouton qui fait la sorcière. Tiens, chez nous, les araignées, on est toutes différentes. Certaines sont poilues, d’autres rouges, bleus ou noires, mais nous nous acceptons toutes comme étant de vraies araignées.

 

— C’est génial pour toi… mais ça ne change rien pour moi. Ce que j’aimerais vivre avec vous, tout semble plus simple.

 

La petite araignée se croisa les pattes et se frotta la petite tête avec ses autres pattes. Puis, Tina vit dans les yeux de Boutonnière une lumière passée témoignant d’une idée brillante.

 

— Tina… dis-moi… Est-ce que tu penses que je pourrais être ton bouton. Je n’aurais qu’à me mettre en boule quand nous sommes avec les autres. Ainsi, tu pourrais voir comment les autres réagiront. Et s’ils posent des questions, tu n’auras qu’à dire qu’il a poussé pendant la nuit!

 

Ravie, Tina accepta et ils partirent toutes deux vers le village avec Boutonnière sur son nez. Elle avait tellement hâte de voir le visage des autres quand elles verraient ce bouton. Pour elle-même, elle espérait que tout ça fonctionnerait comme le disait l’araignée.

 

Elle approchait de chez elle et la petite araignée, se mit en boule et s’agrippa du mieux qu’elle le put! Elle croisa une première sorcière et son cœur s’emballa en la voyant. C’était Gréta la plus méchante de toutes les mini sorcières.

 

— Mais qu’est-ce que je vois là! Tina la sans bouton… Mais… mais… qu’est-ce que c’est que ça??? Tu t’es collé un bout de charbon sur le nez pour faire comme si tu avais un bouton… Je vais te l’arracher tout de suite…

 

Elle s’approcha de Tina et Boutonnière qui avait entendu s’agrippa de toutes ses forces au nez de la petite.

Gréta saisit le bouton et tenta de retirer le bouton, mais elle ne réussit pas… On pouvait lire la surprise dans ses yeux.

 

— Mais… mais… il est bien réel… tu as un vrai bouton… Mais comment c’est arrivé??? C’est tout simplement impossible.

 

— Bien sûr que c’est un vrai, je me suis couché hier soir sans bouton et à mon réveil… il était bien là! Il est beau n’est-ce pas? Moi, je l’aime beaucoup!!!

 

Gréta ne savait plus quoi dire ni faire… Elle s’était toujours moquée de Tina et là… alors qu’elle avait maintenant un bouton… elle n’avait plus rien pour l’agacer ni la ridiculiser. À la grange surprise de Tina, Gréta s’excusa pour tout ce qu’elle avait pu dire ou faire. Elle regrettait et elle paraissait sincère. Pour se faire pardonner, elle lui proposa d’aller jouer ensemble au parc avec les autres copines.

 

Tina n’en revenait tout simplement pas… Elle était invitée à jouer avec des amies, enfin… et tout ça à cause d’un tout petit bouton. Ça lui plaisait, mais elle avait l’impression de jouer à l’imposteur.

 

Alors qu’elles se rapprochaient du groupe de filles, certaines n’en revenaient tout simplement pas. Tina, la sans bouton, en avait maintenant un et il était vraiment joli!!! Elle fut accueillie en tant que véritable sorcière… Elle était acceptée de toutes et elle avait des amies. Elle bouillait de joie. Littéralement! Elle se sentait si légère. Elle passa toute l’après-midi avec elles et s’était bien amusée.

 

Arriva l’heure où elle devait retourner chez elle. Elle les salua et entra chez elle plus rayonnante que jamais.

Boutonnière se décrocha enfin et alla se poser sur son épaule. Toutes deux discutèrent longuement sur ce qui s’était passé. Elle entra chez elle en riant et sa mère fut heureuse de la voir ainsi et lui demanda qu’est-ce qui s’était passée pour qu’elle soit si différente qu’à son habitude.

 

 

Tina tenta bien de ne pas lui dire la vérité, mais sa mère la connaissait et se croisa les bras dans l’attente d’une réponse. Tina chercha une réponse à lui donner afin de s’en sauver, mais rien… Elle se résigna à lui dire la vérité.

 

— J’ai passé l’après-midi à jouer avec les autres. Tu sais elles ne sont pas si méchantes après tout! Tout ce qu’il me fallait c’était un bouton!

 

Oups… elle réalisa qu’elle avait trop parlé, qu’elle avait tout dit…

 

— Un bouton… mais en te regardant, on voit bien que tu n’en as pas… alors pour la dernière fois… qu’est-ce qui s’est passé et cette fois-ci, dis-moi tout. Compris.

 

Mais à la place de Tina, c’est Boutonnière qui parla. Elle sortit de ses cheveux et expliqua tout à sa mère. La maman de Tina écouta tout ce qu’elle avait à raconter. Du moment de leur rencontre jusqu’au parc avec les autres sorcières.

 

Une fois le récit terminé, la maman resta un long moment sans parler… Elle tenta de bien comprendre la situation. Elle voyait combien sa petite Tina était heureuse, et ce pour la toute première fois de sa vie. Pourtant, elle savait qu’un jour ou l’autre, la vérité se saurait… Alors, quoi faire?

 

— Tina, je vois que tu es heureuse de ce qui se passe et je remercie Boutonnière pour ça. Cependant, sache que tout a un prix et que si tu continues ainsi, tes amies découvriront un jour la vérité et là… j’ai bien peur que tu n’aies plus d’autre chance d’avoir leur confiance. Alors à toi de choisir.

 

Tina resta sans voix et réfléchit à son tour. Sa mère avait raison, encore une fois et comme toujours en fait. Que faire??? Elle réfléchit encore un peu et tout à coup, elle trouva la solution à la situation. Elle en fit un résumé à sa nouvelle amie qui comprit la ruse de Tina! Elle adorait!!!

 

Elle partit se coucher en peaufinant son plan. Tout devait être parfait.

 

Le lendemain matin, elle se prépara comme à son habitude et Boutonnière patientait en tissant une toile pour s’occuper. Quand Tina fut prête, Boutonnière grimpa sur elle et alla se placer à la même place que la veille.

 

Tina sortit de chez elle, et fit ce qu’elle faisait à ses habitudes. Se rendit à l’école et participa aux cours, comme toujours. Cependant, au lieu de faire rire d’elle, les autres l’enviaient et voulaient faire comme elle. Le lendemain, toutes l’imitaient, tant dans son habillement que dans son attitude. Elle était devenue le modèle à suivre, la leader de l’école et on l’élut même chef de classe. Honorée, elle accepta. Tout allait exactement comme elle l’avait prévu. Elle et Boutonnière riaient en silence face à ce qui allait se dérouler sous peu.

 

Alors que les préparatifs pour son couronnement étaient terminées, Tina répétait en silence ce qu’elle devait faire. La fête commença avec de la musique et de la nourriture à profusion. Des ballons en forme de citrouilles volaient un peu partout. La scène était pleine de décorations pour l’événement. Toutes les sorcières du village étaient au rendez-vous ce qui rendait nerveuse la petite Tina. Mais elle devait demeurer concentrée et s’en tenir au plan. Quelques jeux avaient cours et elle y participa sans inquiétude et remporta toutes les épreuves. Même celle de la lancée de la citrouille. Elle avait réussi à la lancer au-delà de la lisière du village, un exploit jamais égalé, même à ce jour.

 

Vint alors le grand moment du couronnement. On la reconduisit sur la scène, bien au centre et toutes les lumières pointèrent bientôt sur elle. La musique cessa et la reine des sorcières, qui était également son professeur, approcha pour son discours.

 

— Aujourd’hui est un grand jour. Nous allons officialiser le poste de chef de classe sous la gouverne de la petite Tina.

 

Un tonnerre d’applaudissements se fit entendre ainsi que quelques sifflements. Sa mère se tenait en retrait et savait que sa petite préparait quelque chose, mais il lui était impossible de savoir quoi?

 

La reine reprit son discours.

— Je suis plus qu’honorée de te remettre la couronne qui accompagne ce poste prestigieux. Qui aurait pu dire qu’un jour, celle qui n’avait pas de bouton allait un jour occuper ce poste. Mais les choses ont changé et avec ton bouton tout neuf, tu fais maintenant partie de la grande famille des sorcières. Toutes mes félicitations Tina! Tu es maintenant une des nôtres.

 

À ce moment précis, la reine lui plaça la couronne sur la tête. Toutes les sorcières sur place hurlèrent de bonheur et tapaient des mains si fort que même les villages voisins en entendirent les échos.

 

Tina prit alors une grande respiration. C’était maintenant ou jamais. Elle prit donc son courage à deux mains et parla ainsi :

 

— Merci à vous toutes pour cette marque de confiance. Jamais je n’aurais cru cela possible moi aussi! Mais voilà je suis là! Et j’ai quelque chose à vous montrer.

 

Elle prit alors sa baguette magique et la pointa dans les airs en répétant une formule magique que nul ne connaissait. En réalité, elle disait n’importe quoi, tout était une mise en scène pour la suite des choses. Puis, une fois la formule terminée, elle se toucha le nez et plus précisément le bouton. Ce dernier se mit alors à bouger à la grande surprise de toutes. Puis, Boutonnière se mit à danser sur le nez de la petite Tina avant de disparaître dans l’ombre de ses cheveux.

 

Toute l’assistance était sans voix. La petite Tina venait de faire disparaître son bouton… En silence, sa mère ricana pour elle seule dans un coin. Tina reprit alors la parole.

 

— J’ai toujours été ainsi et le bouton qui avait poussé sur mon visage depuis peu s’est maintenant envolé. Alors je vous le demande, suis-je une sorcière même si je ne possède pas de bouton? Et bien je vous réponds ceci :( pas plutôt oui ?) NON!!! Et maintenant, en tant que chef de classe je dis qu’à partir d’aujourd’hui, toutes sorcières peuvent se vêtir comme elles veulent, se teindre les cheveux et même voler sur des tapis volants si elles le veulent. Parce que ce qui fait de nous des sorcières, ce n’est pas le bouton, mais ce que nous sommes au fond de notre cœur. Et ça je le sais plus que quiconque.

 

Silence total dans l’assistance. Puis venant de nulle part, quelqu’un se mit à applaudir. Puis une autre et au final, tous applaudirent et firent une ovation à Tina, la sorcière sans bouton. Et depuis ce jour, toutes les sorcières du village purent vivre librement, libres de toute convention, car comme l’avait si bien dit Tina lors de son discours, ce qui fait d’elles des sorcières, ce n’est pas l’apparence, mais ce qu’elles sont dans le cœur. Et plus jamais, non plus jamais personne ne rit de Tina ni de quiconque d’ailleurs.

 

Boutonnière retourna chez elle et Tina alla lui rendre visite au moins une fois par semaine dans la forêt. Ils devinrent les meilleures amies du monde et jamais, non jamais personne ne sut pour leur petit secret et c’est bien ainsi !

 

 

 

 

*          *

 

*

 

 

 

Tous droits réservés

© Mathieu La Manna

 

 

 

*

 

7 votes. Moyenne 4.86 sur 5.

Commentaires (3)

1. AlysonYnv (site web) 11/10/2017

http://publish.lycos.com/buymodafinilonlineblog/2017/10/07/buy-modafinil-online/

2. YVES (site web) 31/10/2016

J'adore ! donc, partagé sur " Faisons lire nos enfants" page Facebook. Merci Mathieu !

3. Colette (site web) 31/10/2016

Génial !

Ajouter un commentaire
 
×