Mathieu La Manna - Pile ou faste

Pile ou faste

 

10891979 761083667303807 988766939236135101 n

 

 

Salle en décor de ribambelles multicolores en lianes serpentées peuplaient la voûte qui couronnaient les fêtards qui s’adonnaient au plaisir de célébrer. Ballons en orbite valsaient dans un mouvement d’air ambiant caressant ainsi les lumières tamisées pour plus de douceur en velours de synthèses.

 

Bruit de fond en musicalité jouant les dernières tendances pour que pianotent du pied les braves qui voulaient danser. D’ailleurs, nos prédictions concernant ces derniers étaient justes. Les mêmes, toujours les mêmes qui portent en eux la festivité à faire crier le bonheur d’être en vie! Céleste en eux la volonté propre de pouvoir vibrer de joie dans le qu’importe la situation.

 

Tandis que, sur une table à la nappe de papeterie, siège à vif le banquet des victuailles à consommer. Fumets multiples dans l’abondance de diversité trônaient dans l’appel des ventres à combler. Petites bouchées à froid et à chaud se partageaient l’espace sans que conflit n’apparaisse. À son extrémité, dans un bol de glaçons tempérés, un breuvage alcoolisé aux vertus déconcertantes s’offrait aux preneurs de risque.

 

Puis, des chaises pliantes jouxtaient les murs. Noires et bigarrées, dans l’inconfort d’y être assis trop longtemps, supportaient l’excédent de fatigue des êtres debout depuis trop d’intermèdes.

 

Bref, la frivolité des fêtes apposait son sceau d’excellence dans la réussite de son succès. Rires et chants cajolaient les oreilles de ces âmes enthousiasmées par le bonheur d’être ensemble, ou tout simplement d’être. Le partage d’une saine amitié colmatait ainsi la brèche dans les temps durs qui les assaillaient de l’autre côté de ces murs, pour le moment rassurant.

 

Chance dont je les envie de pouvoir ainsi célébrer et de se donner ce droit naturel que je me refuse, ou qui m’est refusé... Intériorité de ma cage invisible, je me tords de tourments dans l’observation de ce qui se vivait en face de ma carcasse impassible. Cloître de ma personnalité, je me fige et me maudis tout en les maudissant. Certes, les maudire est en excès de ma propre rancune envers l’être que je suis. Je décrirais davantage cet état par la jalousie de ne pouvoir m’adonner, moi aussi, à cette réjouissance commune qui m’est étrangère. Seule ma muselière parle par son absence de son.

 

En mémoire, les souvenirs de mes tentatives de m’y être risqué surfent sur une toile de mauvaises expériences. Ma maladresse l’emportant à coup sûr, je me souvenais que trop de mes bévues, car je porte en moi la méconnaissance des relations sociales. Ces vaines tentatives me hantent et me hantent toujours, visibles en continues, tel le mobile qui chantonne, sur des airs sinistres, au-dessus du lit les fresques de mes échecs.

 

Mais qu’ai-je donc qui me fasse ainsi défaut de moi-même. Aveugle aux codes sociaux d’apparats, je me fourvoie de compréhension. Pleurant ainsi dans le berceau qui m’accueille ma misère que de ne pouvoir être celui que j’aimerais tant être. Être… Être simplement comme les autres et à mon tour embarquer dans ce carrousel frivole des beaux moments communs à partager… L’allégresse de l’attention commune et de rires consumés en pain à dévorer jusqu’à en être repu…

 

Vain…

 

Néant dans le vide qui m’assaille, j’ai rapidement compris que ce monde n’est pas le mien et ne le sera jamais… Que dois-je en comprendre sinon que je suis autre? Autre, mais pourtant désireux de similarité… Je ne suis que l’opposé de mon désir.

Dans mes soupirs maugréés, je suis l’observateur de ce spectacle. Cet être passif qui se tient l’écart de peur d’être, une fois de plus, le saboteur du bon temps. Mon rôle est ainsi fait, alors qu’il en soit ainsi. La lutte pour m’en extraire est ignoble, car je ne puis me vaincre. Se battre avec son ombre a toujours été un duel entre ombre et lumière, entre jour et nuit… entre mal et bien… Entre moi et moi… Constat d’échec, car au dernier round je sais qu’importe l’issu du combat, je serai le perdant, tel un pile ou face truqué.

 

Je me mords les lèvres de ne pouvoir parler, de ne pouvoir en parler, car mes mots sont les sons de mes émotions… Qui de par leur nature froisse les oreilles de ceux qui ne veulent les entendre. Parce que contraire à leur demande… je ne puis donc qu’offrir ma présence, mais dans le mutisme de ma présence. Ainsi, l’équilibre est maintenu entre les éléments qui meublent cet espace. Je suis donc le fardeau de la preuve des contraires…

 

Terne en constat, je suis conscient que cette réflexion ne mène qu’à ouvrir davantage le gage de mon âpreté de caractère, mais le silence est trop lourd pour ne pas l’exprimer…

 

Savoir se taire n’est pas donné à tous! Ainsi donc, je ne parle que par ma plume et me tait de paroles vocables pour plus d’harmonie dans les ondes qui nous composent. Car vibre en chacun de nous cette clémence des jours heureux et je ne voudrais en rien jouer de discordance.

 

Je sais maintenant ce que je suis, donc j’accepte de l’accepter, de l’assumer… Terme en termes de contrat. Je suis… la minorité silencieuse.

 

 

 

*

 

 

 

Tous droits réservés

© Mathieu La Manna

 

 

 

*

 

 

Pour découvrir l'univers de Mathieu La Manna, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://amoureuxdelaplume.blogspot.fr/2014/12/givre.html

 

 

*

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×