Mathieu La Manna - Les murmures - Première partie

Les murmures

 

 

 

Sur un souffle d’avant-hier, le temps écoulait son sable vers le fond de sa coupe. La lune semblait s’éclipser sous cette voûte ombrageuse et duveteuse de nuages en berne. Sa lumière était diffuse et ses rares apparitions faisaient naître des formes que l’on ne voulait voir. L’homme possède ce don lui donnant le pouvoir ou la déraison de créer ses propres peurs.

L’écho de la nuit se palpait à coup de perle d’humidité sur la surface mousseuse du sol de cet automne pernicieux. Quelques feuilles, depuis peu détachées, coursaient sur les rares sentiers de cet endroit visité qu’en plein jour. Ces dernières dansaient sous le regard distrait de la chouette, attitude désabusée rappelant étrangement l’indifférence totale.

Le vent sous la tutelle d’un Éole généreux, s’amusait à jouer de la symphonie de sa présence sifflante entre les rameaux des arbres dénudés à présent. Bref, une nuit comme il y en avait tant dans ce lieu déserté sous sa phase nocturne.

Dans un coin de la colère d’une maisonnée jointe dans les remparts de ce village, la crise palpait l’horizon de ce couple querelle. Demeure sans histoire aux volets toujours fermés. Son toit de tôle brillait de son lustre perdu au fil des années et que dire des murs usés sans jamais avoir eu le luxe d’avoir été entretenu. Cris en averses trop fréquentes émanaient de ces murs lourds en histoire. Babillage en lutte de pouvoir sur un fond de n’importe quoi, mais pourtant… le résultat était le même. Mots au-delà de la pensée, lancés dans l’antre de la blessure permanente, volaient jusqu’au plus profond de son âme. Puis, dans un élan de pulsion provoqué par une parole de trop, la porte claqua de ces gonds sous la colère de la Dame éplorée qui quitta en courant vers un ailleurs qu'elle espérait meilleur.

De son côté, l’esseulé de la maisonnée, trop bourré pour la rattraper, se cala dans l’oubli bien alcoolisé. Laissant sa bien-aimée se perdre dans les pleurs de sa tristesse blessée.

Sa destination avait pour seul objectif de fuir et pour elle-seule, tenter de retrouver cette paix d’autrefois. Du temps où la vie s’offrait à elle en gerbe de fleurs suaves et que les rêves paraissaient encore réalisables. À présent, elle croyait davantage que le destin était une fleur fanée qui a trop souffert de sa beauté illusoire. Ce même destin qui se joue de notre volonté et ne sert que ses propres intérêts. Bref, elle souffrait.

Dans les dédales de sa fuite, malheur en complément d’un autre, elle quitta les remparts du village et fila vers le noir encore plus noir que son cœur. Les larmes en abondance sur ses joues, tombaient sur le pavé, le chemin de sa perte. Elle se retourna une dernière fois, espérant voir une âme la quérir, mais en vain. Puis de ce dernier coup d’œil blessant, elle quitta les lumières du village, résignée.

 

 

 

 

*          *

 

*

 

 

 

Tous droits réservés

© Mathieu La Manna

 

 

 

*

 

 

Pour découvrir l'univers de Mathieu La Manna, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://amoureuxdelaplume.blogspot.fr/2015/02/le-poete-incompris.html

 

 

 

*

 

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. AlysonTnn (site web) 11/10/2017

https://disqus.com/by/canadarx/

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×