Marcel Faure - 11 rue des colibris

11 rue des colibris

 

 

 

Le temps se resserre

Et pourtant je nage avec plus d'allégresse

Depuis longtemps j'ai congédié les soucis

Et si je suis toujours friand des autres

Je ne peux que pour celui qui veut

 

Mon bagage s'est allégé

Les sourires sont si légers à porter

Bientôt je ne serai qu'un mot

Passant de bouche en bouche

Et desserrant des dents

 

Ouvrir un nouveau chemin à l'aube

 

Je serai là

Installé au creux de tes yeux

Entre deux battements de tes paupières

J'irai où me portera ton regard

 

Et ton souffle m'installera

Aux portes du soleil.

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Marcel Faure

 

*

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×