Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (8 et 9)

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (8 et 9)

 

 

Ma dernière bouchée de nems à peine engouffrée. Je vois mes trois copines se lever d’un bond et débarrasser les restes du dîner. Leur frénésie n’augure rien de bon, elles rangent le salon avec application et échangent des messes basses complices. Je crois que mon heure est arrivée, je ne vais pas trouver d’esquive, les neurones en ébullition j’essaye d’inventer une bonne excuse pour rester au fond de ma couette ce soir. Mais les voilà déjà de retour, m’entourant telles des hyènes à l’affut de leur proie. Encerclée par les trois jeunettes, la presque quadra que je suis doit se résoudre à accepter son triste sort.

Elles étalent des robes, trois exactement, accompagnées de chaussures et accessoires assortis.

-       Chacune d’entre nous a sélectionné une robe qui lui semble te mettre le plus en valeur. Tu en choisis une d’entre elles et hop le tour est joué. En voiture Gisou, on part danser jusqu’au bout de la nuit !

Tiffanie est fière d’elle et ne semble pas imaginer l’espace d’un instant que je puisse refuser ce deal.

-       C’est fou c’que t’as l’air enchantée. Surtout, cache ta joie Gisèèèèlllleeee.

Oups, elle commence par m’appeler par mon état civil, ce n’est pas bon signe. Dois-je y voir une pointe d’agacement ? Pour faire baisser la tension qui semble s’installer entre nous, je fais mine de m’intéresser de prés à ces accoutrements. Je caresse les tissus, puis je jette un coup d’œil aux tailles et pointures. Il n’y a rien à faire aucune d’entre elles n’éveille en moi le moindre plaisir à l’idée de la porter.

-       Gisou, dis quelque chose, y’en a quand même bien une qui te branche là, non ?

Je n’ai pas vraiment le choix, soit je m’y colle, soit je me mets mes trois copines à dos. Elles méritent bien un petit effort de ma part, avec tout le mal qu’elles se donnent. J’opte donc pour la moins pire des robes. Celle qui me semble la moins courte, et la moins décolletée. Un vrai compromis, car c’est celle qui a la couleur la plus flashe. J’ai réussi à éviter le Dragibus pour me retrouver dans la peau d’une fraise Tagada… Quel bonheur… ! Laurie est aux anges, il s’agit de son choix. Elle applaudit et m’entraîne vers ma chambre pour les essayages. L’enfer ne fait que commencer. Je viens de m’apercevoir que les chaussures sont également rose fuchsia. Oh my god, le piège se referme sur moi et je n’ai plus le courage de fuir.

-       Mais si ma chérie, elle te va à raaaaaavir. Tu vas exciter tous les mâles ce soir sur le dance-floor.

Seigneur, si tu existes vraiment, c’est le moment de me le prouver. Fais quelque chose, Satan a envahi mon appartement. Prends pitié de moi ! Il est temps de faire un miracle, là tout de suite…

Les deux autres hyènes sont sur le pas de la porte de la chambre et se donnent des coups de coude de jouissance ultime. Elles ont remporté leur pari. À bien y regarder dans le miroir, je ne suis pas une fraise Tagada, mais Peggy la cochonne…

 

 

*

 

 

 

Je descends de la voiture aussi à l'aise qu'un saucisson dans son filet. La file d'attente s'est déjà étoffée, un contrôle d'identité est réalisé auprès des plus jeunes. Un petit groupe d'adolescentes écervelées essaye de faire croire à leur majorité. Malgré les couches de maquillage et leurs talons hauts, elles se font refouler par les vigiles, sourds à leurs vociférations et autres mots fleuris.

Tiffanie, Noémie et Laurie ouvrent la marche, je les suis difficilement dans mon déguisement de Cochonne. Les chaussures neuves me font mal aux pieds avant d'avoir posé une patte sur la piste de danse. Ça promet. Mon seul réconfort est de me persuader que je ne croiserai personne de chez Super Q. Peu de chance pour que cette mésaventure nocturne soit ébruitée dans les vestiaires de la grande surface. J'ai interdit aux filles de prendre le moindre cliché de la soirée. Tout me semble donc sous contrôle lorsque je pénètre enfin dans le corridor du dancing.

La musique vibre jusque au plus profond de mes entrailles, ça doit bien faire quinze ans que je ne suis pas venue me trémousser au son de la techno. Je ne connais pas la moitié des tubes qui sont programmés ce soir. Nous repérons une table bien placée en bord de la piste de danse. Un serveur vient nous apporter un cocktail de bienvenue. Il me faut bien ça pour oublier ma tenue. Laurie est partie se déhancher sur un des tubes de David Guetta, lui au moins je le connais... Ça ne fait pas cinq minutes qu'elle a pénétré l'arène que déjà les jeunes mâles lui tournent autour. On va rire, une hyène entourée de squales, le spectacle risque d'en valoir la chandelle. Avec mes deux autres comparses nous sirotons allègrement le cocktail qui ne tarde pas à faire son effet. Elles sont en pleine forme et taillent des costards sur mesure à chacune de leurs congénères qui passent à proximité. Il faut reconnaître que certaines d'entre elles valent le détour. Mais je suis mal placée pour me moquer du physique ou des habits des autres. Alors, je me renferme dans ma bulle et j'attends le deuxième effet kiss cool de l'alcool dans les veines.

Je suis perdue dans mes pensées les plus intimes lorsque Tiffanie et Noémie se mettent en tête de me trainer jusque sur le dance floor. Bien calée sur la banquette, je n'en ai aucune envie, je feins de ne pas comprendre leurs gestes et mimiques. Mais il leur en faut un peu plus pour les décourager. Elles me prennent chacune par un bras et me forcent à rejoindre Laurie dont l'attention s'est portée sur un jeunot bodybuildé. Décidément la soirée prend une tournure intéressante. Le mélange Nutella, nems et cocktail descend dans mes talons rajoutant un peu plus de difficulté pour me mouvoir avec grâce et volupté. J'ai autant d'aisance qu'une sardine serrée dans sa boîte.

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Magali Aïta

 

 

*

 

 

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (1), veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (1)

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (2 et 3) :

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (2 et 3)

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (4 et 5) :

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (4 et 5)

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (6 et 7) :

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (6 et 7)

 

 

*

 

 

Pour découvrir l'univers de la Chouette bavarde, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

 http://lachouettebavarde.over-blog.com/

 

*

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. AlysonQye (site web) 09/10/2017

Oh God. I don't know what to do as I have tons of work to do next week summer. Plus the university exams are coming, it will be a stretch. I am already panicking maybe I should interaction to calm down a little bit. Hopefully it will all go well. Wish me luck.

2. Eve Zibelyne (site web) 12/03/2014

Tu m'as piqué mon déguisement de cochonne, ah, ah ? Hé, les cochonnes sont sexy !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×