Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (24 et 25)

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (24 et 25)

 

 

Mon jus de tomate n’a plus le même goût qu’une demi-heure auparavant. Il est presque devenu trop fade. Ce n’est pas la nicotine sur mon palé qui a changé la donne, non, c’est mon esprit qui n’a de cesse de me dire que ce gars est pour moi. Après tout le prince charmant, doit-il forcément avoir l’allure du gendre parfait ? À chaque nana son prince, à elle de décider de quels atouts il devra être pourvu. Je ne sais rien de lui, mais son intonation, son regard m’ont retourné la tête. Je tente de distraire mon attention en raccrochant à la conversation de mes voisines de table. Je hoche en cadence la tête pour leur envoyer le signal que je participe à leur débat sur le sex-toy à ajouter à la liste du père Noël. Elles sont bien renseignées sur les tendances et les nouveautés en la matière. Je découvre que mon niveau de connaissance en la matière avoisine le 0. J’en suis restée au canard vibrant, mais à les écouter, la panoplie s’est élargie et modernisée. Certains objets sont radiocommandés, on n’arrête pas le progrès…

Je le vois, il s’est frayé une place à une table proche du grand écran TV. Il est concentré sur le match, son verre est plein. De profil, il n’est pas mal non plus. Dans le cou, je crois voir l’esquisse d’un tatouage. Il garde son blouson sur le dos, ce qui lui donne une carrure large et virile. Il n’est pas du genre à se laisser ennuyer dans la rue. Je me l’imagine bagarreur, jouant facilement du poing, sans pour autant en abuser. Si j’osais, j’irai bien m’asseoir à sa table, mais je suis timide, incapable de draguer. Je suis bloquée comme une cruche alors que mon cœur me serine de me lancer.

 

-       T’en penses quoi Gisou ?

 

Je ne suis plus là, mes idées volent allègrement à quelques tables de là.

 

-       Je… euh… à quel sujet ?

 

Une femme d’une trentaine d’années vient de le rejoindre, elle se penche pour lui déposer une bise sur sa joue mal rasée. Elle lui offre sa généreuse poitrine sous le nez. Encore une qui veut se faire… bref, raconter une histoire avant de s’endormir. Je la déteste cette nana. Je ne la connais ni d’Adam ni d’Ève, mais j’ai envie de la prendre par la crinière et la jeter dehors. Elle vient de toucher mon inconnu, et ça me retourne le ventre.

 

-       J’en pense qu’il se fait tard et que je ne vais pas tarder à rentrer chez moi les filles.

 

-       Déjà ! mais on avait parlé de se faire un ciné, tu nous lâches ?

 

Pour couper court à toute tentative de me faire changer d’avis, je me lève et m’empresse d’enfiler ma veste.

 

-       Tu n’oublies pas la salle de sports Gisou ?

 

Mais c’est qu’elle en a de la suite dans les idées la petite jeunette. Il est tard pour négocier avec elle un peu de répits. Je lui offre mon plus beau sourire d’hypocrite et lui tapotant sur l’épaule, je quitte mes copines. Je traverse le bar en prenant soin de passer à proximité de la table de mon inconnu. Je lui jette un dernier coup d’œil furtif. À ma grande satisfaction, il me suivait du regard. Sentir ses yeux dans mon dos me rend guillerette. Se pourrait-il qu’au moins un homme sur terre s’intéresse à une ronde ? Si j’avais un soupçon de courage, je me retournerai et le rejoindrai pour lui laisser mon numéro de téléphone portable. Mais, voilà, Gisou se dégonfle pour ne pas changer. Je me retrouve sur le trottoir comme une bécasse. Il commence à pleuvoir, je hâte le pas pour me mettre sous l’abri de l’arrêt de tramway le plus proche. Quelques minutes plus tard, je pénètre dans un tramway à la livrée fraichement réalisée aux couleurs du FC Grenoble rugby. Les rugbymen grenoblois ont fière allure même sur un tram.    

La soirée s’achève avec un goût particulier. Je suis partagée entre joie et tristesse. Joie pour avoir obtenu le regard d’un homme sur ma vieille carcasse de célibataire longue durée. Peine de ne pas avoir eu l’audace d’engager un peu plus la conversation, laissant de côté mes chances de le revoir. Je n’ai pas abandonné de soulier de verre dans l’espoir qu’il cherche à me retrouver…

 

 

*

 

 

 

Momo et son sourire, il n’est pas loin de minuit et il est là, avec sa grosse veste élimée à attendre le client noctambule.

 

-       Bonsoir mad’moiselle.

 

-       Bonsoir Momo, encore ouvert ?

 

-       Y faut bien, si j’veux gagner ma croute. Vous avez vu l’équipe de France a gagné le match !? Que du bonheur !

 

-       Ah, oui…

 

 

L’équipe de France… Je suis partie du bar sans même m’intéresser au match. Le football, c’est bien un sport pour mec ça. Je laisse Momo avec ses fruits, légumes, son épicerie de dépannage en tout genre. La neige commence à tomber sur Grenoble et elle nous annonce un hiver précoce que je redoute un peu. Les trottoirs glissants et moi nous n’avons jamais fait bon ménage.

 

Je rentre me réchauffer dans mon petit appartement. Même s’il est bien vide, trop parfois, cette nuit, je suis contente d’en retrouver la quiétude. Je n’ai pas sommeil, je ne suis pas fatiguée, j’ai juste un immense besoin de me retrouver seule pour penser… Je rejoins ma salle de bain, je me déshabille en regardant l’eau fumante remplir la baignoire. La buée recouvre le miroir, la chaleur me prend à la gorge dans l’étroitesse de la pièce d’eau. Mais, c’est tout ce dont j’ai besoin : de la chaleur. J’allume quelques bougies que je dispose un peu de partout, sur le bord de la baignoire, le lavabo, par terre, sur le rebord de la fenêtre. L’ambiance est intime, propice à la détente. Je glisse sous la mousse avec une douceur toute relative. Allongée, les yeux fermés, je passe en revue la soirée. Je décortique chaque minute, chaque parole, toutes les images me reviennent en mémoire. Si je me concentre un peu plus, je pense que je pourrai retrouver les odeurs, les saveurs. C’est justement ce que je recherche. Ma peau sent encore l’odeur de la cigarette. Je vois le Zippo, la flamme, nos mains qui se sont frôlées, les frissons sont encore là. Les traits de l’inconnu du bar se dessinent, un à un, ils réapparaissent avec une netteté troublante, comme ci je les avais photographiés en mode portrait. Tout est d’une précision incroyable, j’ouvre les yeux pour vérifier que je ne dors pas. Non, il ne s’agit pas d’un rêve, mais bien de ma mémoire récente qui joue son rôle à merveille. Les paupières se referment, je ne veux pas perdre son visage, le garder avec moi encore un peu. Imaginer son regard se poser sur moi, fantasmer sur les idées qui ont pu le traverser, en espérant qu’elles n’ont pas été trop loin des miennes. Je reviens chaque fois, à ses mains, sa barbe de deux jours, ses tatouages, que je devine, imagine, l’odeur du Zippo, celle du whisky, le bruit des glaçons dans le verre. Je réalise soudain que sur le briquet, une inscription était gravée. Je n’y avais pas prêté attention, mais là tout de suite, elle ressurgit à la surface, m’interpelle, me questionne. Un mot, un dessin, tous petits, entre ses doigts, sous mes yeux, et je m’y accroche dans l’ultime espoir qu’ils m’en apprennent un peu plus sur lui. Le bain s’interrompt sur ses images. Car je veux savoir, et maintenant. Pourquoi attendre alors que la réponse n’est peut-être pas bien loin. Dégoulinante de mon mélange d’eau et de mousse, sans me rincer, je me glisse dans un peignoir moelleux.  

 

J’allume mon ordinateur, qui met comme à son habitude de longues minutes pour daigner être fonctionnel. Par chance, ma connexion à internet est établie sans trop d’encombres. J’implore le renard du NET pour qu’il traque l’information à ma place. Le goupil répond sans grande difficulté à mes espérances, en quelques clics, je découvre un univers qui m’est totalement inconnu, celui des Harley Davidson. Gisou, tu viens de flasher sur un biker. Le logo du briquet est celui de la célèbre marque. Me voilà guère plus avancée…

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Magali Aïta

 

 

*

 

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (1), veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (1)

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (2 et 3) :

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (2 et 3)

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (4 et 5) :

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (4 et 5)

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (6 et 7) :

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (6 et 7)

 Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (8 et 9) :

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (8 et 9)

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (10 et 11) :

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (10 et 11) 

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (12 et 13) :

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (12 et 13)

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (14 et 15) :

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (14 et 15)

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (16 et 17)

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (16 et 17)

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (18 et 19)

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (18 et 19)

 Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (20 et 21)

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (20 et 21)

Pour lire Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres ( 22 et 23)

Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (22 et 23)

 

*          *

*

 

Pour découvrir l'univers de la Chouette bavarde, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

 http://lachouettebavarde.over-blog.com/

 

*

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. masttorrki (site web) 15/10/2017

すべての https://masttorrent.com/ https://masttorrent.com/browse-torrents/ https://masttorrent.com/top100 https://masttorrent.com/latest100 https://masttorrent.com/search-cloud/ 投稿者

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×