Magali Aïta - Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (1)

Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres (1)

 

Tous les jours, je me demande ce que j’ai bien pu faire pour mériter ça. Mes copines ont beau essayer de me remonter le moral, mais il n’y a rien à faire, à presque 40 ans, je reste célibataire. Je vais être honnête avec vous, le nombre d’hommes, qui ont croisé… mon lit, tient sur une seule main… Des lustres que je n’ai pas sentis des doigts masculins sur ma peau. À tel point, que j’ai même oublié l’effet que cela fait. Dis donc, toi qui lis ces lignes, je t’interdis de sourire ! Un peu de compassion pour la pauvre Gisou que je suis. Comme un malheur n’arrive jamais seul, mes parents n’ont rien trouvé de mieux que de me baptiser Gisèle, pas facile à porter tous les jours. Bref, Gisèle est vite passée à Gisou. Oui, bon d’accord, ce n’est pas mieux, mais les surnoms, ce sont les copines qui les choisissent et mes copines, elles sont… comment dire… du même gabarit que mes parents. Un cœur en or, mais avec un humour dont la lourdeur me pèse parfois.

Persuadées de devoir jouer aux entremetteuses, elles ont tout essayé pour m’aider à rencontrer ma moitié, quand je dis tout, je n’exagère pas. Leur dernière trouvaille, j’ai mis un mois pour m’en remettre. Dans un grand délire de soirée trop arrosée, elles ont fait passer une annonce dans le canard local. Pendant une semaine mon téléphone a sonné dix fois par jour, à l’autre bout du fil de vieux garçons désespérés ont essayé de me convaincre de leur accorder un rendez-vous. L’amour est dans le Pré à côté c’est l’anti chambre de Mister France. Tout mon village a bien ri de cette blague au goût douteux… Je n’ose toujours pas sortir dans les rues, tellement j’ai honte ! Vous l’aurez compris, mon célibat m’obsède, mes copines s’en mêlent et le prince charmant a oublié de se pencher sur mon cas.

Résumons la situation : Gisou – 39 ans trois quart – célibataire – 1,70 – 85 kilos (dont 20 dans les seins, le reste dans les hanches L) – caissière chez Super Q – accro à la pâte à tartiner cacaotée.

Un profil qui ne fait pas fantasmer, j’en ai conscience, je désespère… SOS nana en détresse, j’occupe mes soirées, avachie sur mon canapé avec pour compagnie un pot de Nutella, à visionner des séries américaines les unes après les autres.

Toi qui lis ces quelques lignes, es-tu prêt(e) à me suivre ? Car à partir de ce soir, Gisou te fera partager son quotidien farfelu. Attention, addiction en vue, tu auras été prévenu.

 

 *          *
 
*
 
Tous droits réservés
© Magali Aïta
 
*
Pour continuer à suivre Les histoires de princesses n'arrivent pas qu'aux autres c'est par ici :
 
 
*

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×