Luc Bertocci (Darklulu) - Départé

Départé

 

 

 

C’est fini, maintenant je pars.

Pas pour là-bas, ni même quelque part.

Pour toi, je n’ai que mon regard.

Le dernier, le premier, et le plus rare.

 

La morne froideur de la gare

Souligne la blancheur des gens blafards,

Qui marchent dans leur propre noir.

En fuyant leur vie est ses avatars

 

Sur ce triste quai gris, ce soir,

L’étoile de leur haine scintille dans le noir.

Ni leurs fusils ni leurs mitards,

Ils n’auront pas raison de mon espoir.

 

C’est fini, maintenant. Je pars.

Je pars sans un bagage et sans désespoir,

Avec dans le cœur un miroir,

Pour y refléter ton amour, mon phare.

 

Naufragé d’une mer si noire,

Il me guidera dans le purgatoire,

De mes peurs sera l’exutoire.

Jamais souillé par ces pauvres barbares.

 

C’est fini, maintenant. Je pars,

Car ils ont posé sur moi leurs mâchoires.

Notre bonheur est l’étendard,

L’étendard de notre éternelle victoire.

 

C’est fini, maintenant je suis parti.

Mes larmes coulent sans tarir.

A toi ils m’arrachent, sans un déni,

Dans ce train pour y souffrir.

 

Au bout de ma route la mort m’attend.

Une autre quai comme un brûlot,

La mort, finalement, y porte un nom,

Car sur le panneau est écrit Dachau.

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

© Luc Bertocci

 

*

Pour découvrir les recueils de Luc Bertocci :

 http://www.edilivre.com/auteurs/luc-bertocci-355.html

 

*

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.