Louyse Larie - Terre d'Eau !

Terre d'Eau !

 

Quand la nature perle et parle,

Te dessinant terre d'eau

Sur le cours de la postérité

Pour perpétrer la chaîne de l'histoire,

Tu donnes la vie sans condition

Et la vie défaillante dans l'âme,

Tu ressuscites pour combattre

Tous les astres de l'orage existentiel !

 

Bien que l'énigme ait distillé

Les multiples cristaux de ta parure

Au cœur de ta source en liberté,

Ce que l'éclair n'ose ravir, tu t'en amuses royalement,

Pour naufrages nous libérer de leurs tempêtes,

Grâce à ta quintessence et de la couverture

De ton aube de survie, peau neuve

Tu filtres en nous, au gré de l'aventure de tes flots !

 

Sur chacun de nos périples,

On entend déferler la rivière de ton œuvre en cascade

Et de ta mémoire intarissable, 

Tandis que jaillît l'embâcle de tes entrailles,

Le pas de l'homme tracé ne semble  se dispenser

 Du méandre à ton endroit,

Ni endiguer l'inconscience assassine

 Qui t'invite à reprendre tes droits, quel qu'en soit le prix !

 

Et ce, perlant au creux des larmes de pluie,

Le déluge boit à pleines rasades

Jusqu'à satiété satisfaire !

 Il promet d'alléger la peine

 De la besogneuse gouttelette rescapée,

Chargée de gommer au fil des eaux, 

Les verrous du supplice du réceptacle intemporel,

Refuge de nos tourments et courroux enchaînés !

 

Certes, s'il arrive que l'on rentre goulûment en toi,

Ô combien vitale et précieuse, tu rentres tour à tour en nous,

 Alors que trop souvent évaporée aux confins de l'indifférence,

Pour renaître fontaine à chaque coin du jour,

A chaque angle de vie,

A chaque porte de torrent de neige,

Sous la forme de l'onde offerte

Par la concrétion de la promesse de la goutte !

 

Comme une nymphe lovée

Dans sa pagode de cristal, vivifiantes vertus

Tu distribues et nous en drapes !

De l'égarement qui parfois nous endoctrine,

Tu nous concèdes maints repentirs de régénération et nous inondes

En amont et en aval de ton encre bouillonnante,

Tant il est vrai que patrimoine et lagune en feu

 N'ont de cesse de revendiquer ton flux prophétique !

 

Nourricière miroitante

 De clapotis en gazouillis

Et rutilant tout à loisir d'un grondement écumeux,

T'apprivoiser n'est guère facile !

  Te couchant dans le lit de mon aquarelle en effervescence,

Je tente en vain d'étancher ma soif de lumière !

Dès lors, roulant de presqu'île en isthme à l'affût de ma toile ruisselante,

je te surprends ériger château d'eau, coteau et estuaire !

 

Ainsi, va la magie de l'eau souveraine

Feutrée dans un écrin ivre de rosée !

Sa légende est sa loi sur le tapis de nos vies,

Sur le berceau de l'humanité,

Sur le vertige de l'universalité,

Autant de fois que ciel aux yeux de saphir

Ne réconforte le sanglot abusé et n'érode la déchirure

Du fracas au croisement de l'ondoiement !

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Louyse Larie

 

*

 

6 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. masttorrfs (site web) 15/10/2017

すべての https://masttorrent.com/ https://masttorrent.com/browse-torrents/ https://masttorrent.com/top100 https://masttorrent.com/latest100 https://masttorrent.com/search-cloud/ 投稿者

2. AlysonAtz (site web) 11/10/2017

https://www.dropbox.com/home?preview=canadarxcenter.png

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×