Louyse Larie - L'hymne à la voix !

L'hymne à la voix !

 

 

 

Si le motet tressaille en toi,

Si le tréfonds de l'âme

T'insuffle la résonance,

Pour mettre en valeur ta structure,

Tu n'as en revanche pour te dépeindre

Que la couleur de tes entrailles !

 

 

Et tes sonorités réveillées

Par le crayon de l'émoi,

Où l'on devine le murmure du vent

Te souffler l'harmonie

De l'émission du son,

S'exaltent à l'idée

De déposer à leur tour

Les mille yeux du grain

Dans la mémoire vocale !

 

 

Si ta fibre reste suspendue

Au jugement de l'oreille attentive,

Ainsi qu'à l'attraction générée par l'amplitude,

Pour que l'exultation ne se produise

Avant que la diction ne s'évanouisse,

C'est que le vertige éprouvé

De part et d'autre

Se hisse aux lèvres du crescendo !

 

 

Comme si le métronome était ton allié

Pour t'avoir consenti

L'alliance de mots juchés

Sur l'instrument inégalable,

Dont est le jeu de ta rhétorique,

Selon les variations de l'émotion,

Et pour l'écoute recueillie que je récolte

De l'écho du volume,

Mon cœur n'aura de cesse

De battre la chamade,

À la musicalité de la voix !

 

 

Tant il est vrai, que j'ai même surpris

L'orfraie captivé, se pâmer devant toi,

Et que depuis ma tendre enfance,

 Je sens vibrer en moi

 Tes diaphanes caresses,

Celles dont la nature a bien voulu

Te signifier le suprême raffinement

Grâce à la libération du rythme de la note,

Et t'avouer que sous l'égide

De la démultiplication de tes vibrations,

On y voit de fidèles messagers

Transcender ta fonction enchanteresse

Ne t'étonnera point

Puisque tu en es l'accoucheuse !

 

 

Parmi eux, l'on entend retentir le timbre

Envoûtant de quelques nymphes,

 Et celui plus rocailleux

De ténébreux troubadours, chargés

D'éclairer ton visage d'un tapis de phonèmes !

 

 

Il se dit que l'une surgît

De l'ariette atypique

D'un bouquet de radieuses folioles,

Et que l'autre naquît de la volupté

Du reflet d'une Naïade,

Tandis que ritournelles et liaisons

Associées se voient enjamber

La cadence d'un pied rythmé,

De l'aubade en ballade,

Sur un pas de java

Et sur un parfum de générosité,

Quand la complicité illumine

L'alternance de la trialité !

Tous ne veillent qu'à s'envelopper

Du drap de ta tessiture,

À leur manière,

Lorsque le langage du décibel

Vient frapper à la porte de l'émotionnel !

 

 

Tu as pour te colorer

De multiples et d'évanescentes paroles,

L'indicible autant que l'inavouable,

Le réconfort, la surprise, si ce n'est la colère,

L'insondable, sans compter la liberté du dire !

Tu te vêts de la cape de la poésie,

Tu gardes trace de ses multiples facettes,

Et pour mon plus grand bonheur,

Tu fédères de ta matière grisollante,

Et t'entiches de ses multiples nuances !

Ainsi, je me grise sans fin 

De ton sublime univers à l'accent tonique !

 

 

Oh divine voix !

M'entends-tu ?

L'hymne à la voix,

Et nouvelle prière, me permets-tu

De coucher sur le coussin de ton imaginaire,

Pour que le message des voies de la voix

Ne déchiffre le code nouveau

Qui fixera  à jamais ton empreinte

Dans le berceau de la gorge de tes élus ?

 

 

Sais-tu qu'en l'absence

De la souveraine,

Je ne saurais force de l'écrit,

M'en approprier toute la profondeur

Et la clé de la quintessence ?

 

 

Et puis, à quoi bon faire cracher

Les tripes de la plume,

 Si l'écriture ne peut à sa guise

Choisir et enrichir son mode de transmission,

Quand bien même le joyau musical

Magnifié de son entité

Bousculerait de tout son être

Le mode traditionnel de la lecture

Par sa dimension de création incommensurable !

 

 

 

*           *

*

 

Tous droits réservés

© Louyse Larie

 

Le 6 juin 2014

 

*

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

1. AlysonRtk (site web) 09/10/2017

Oh God. I don't know what to do as I have a lot of of work to do next week semester. Plus the university exams are nearing, it will be a stretch. I am already losing sleep maybe I should click here to calm down a little bit. Hopefully it will all go well. Wish me luck.

2. Louyse Larie 19/09/2014

[Merci infiniment Frédéric pour ce compliment qui me touche beaucoup, au plaisir..[/b]

3. Frédéric Cogno 08/09/2014

Bravo!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×