Joël FRANCOIS dit Franek - Poète déjanté mais lucide. 17e Printemps des Poètes

Poète déjanté mais lucide.

 

10346463 769363293101442 1749282897715466791 n

Texte publié dans le cadre du 17e Printemps des Poètes pour Variations d'une plume

 

*

 

 

Il a des fourmis dans le poignet,

Sa plume se trémousse et danse

Sur la piste de son imagination.

La rime et le rythme en cadence

Pour enfanter l’or de la lumière

Des jours aveuglés d’espoir,

Sarabande des mots émotion,

Sentiment de sensations premières

D’une liberté débridée par l’envie

Du mors de la conscience à l’agonie.



Sa raison déraisonnable résonne,

A sa porte les nouvelles amours sonnent

Escortées de la peur et du regret.

Il se couche sur le papier velours

Où se mouche à vue de nez,

Les échecs passés et les futurs ratés

Sortis à l’encre rouge du cœur encrier

Des lies des couches de la société.

Son sommeil ne trouve pas le repos,

Les sens en éveil à fleur de peau.



Il voyage en rêves dérision

Sur des pages quadrillées,

Fenêtres aux barreaux de sa prison,

A cheval sur un quartier de lune

Pour aller traire la voie lactée,

Cadeau pour sa bonne étoile

Accrochée au mât de hune

De son navire portant la voile

De l’incertain avenir pendu

Au clou d’or inaccessible.



Il chante les louanges du temps perdu

Dans des vers qu’il siffle entre ses dents

Pour étancher sa soif de vivre

Attisée avec le sel de l’esprit

Malin qui se cache aux coins des rues.

Prêt pour tous les départs,

Dans sa valise écritoire

Les stricts accessoires:

Une muse aux yeux de braise,

Un spleen que rien n’apaise.



Il rumine la vengeance

Des gueux, des pauvres,

Maudit cette engeance

Politichienne, ces fauves

Saigneurs des vaisseaux

Sans gain des travailleurs.

Il tient haut le drapeau

De la juste rébellion illusoire,

Même si le bras est cassé

Par un geste d’honneur.

 

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

© Joël FRANCOIS dit Franek

 

*

9 votes. Moyenne 5.00 sur 5.