Jacqueline Wautier - Nuée  - 17e Printemps des Poètes

Nuée 

 

10346463 769363293101442 1749282897715466791 n

Texte publié dans le cadre du 17e Printemps des Poètes pour Variations d'une plume.

 

*

 

 

Rose humeur hume l'heure à l'aube ingénue de fausse passerose

Mauve liqueur lie cœurs et corps à l'orgie trompe-la-mort des fauves

Sillage nébuleux d'une chevelure de feu

Ou voilage au ressac d'une planète bleue

Et des hommes, et des hommes, et des hommes…

 

Voie lactée où s'enflamme lame quelque blanche comète

Songe-monde à la ronde d’une onde-fronde

Ou vague à l’âme d’une bulle funambule à l’ombre contrefaite

Née d’un monde-frange à l’estampe d’une vague blonde

Mais les hommes, mais les hommes, mais les hommes…

 

Larmes flammes à l’étale trouble de l’amer océan

Néant rougeoyant pour fantômes aux songes de géants

A ne pas savoir, à ne pas voir

 

Nuée psychédélique à l'errance chaotique

Déclic métaphysique à l'outrance mystique

Et champignon atomique d'une quintessence cataclysmique…

Reste quelques mortes spores au gris vert d'un hiver planétaire

Une errance psychotique

 Un poison obscur au rouge d'une fièvre sanguinaire

Une cohorte de spectres apathiques

Qui nous ronge, ronge, ronge…

Ronge l’heur au cœur d’une nébuleuse nitrique en dérive hypnotique

De délitements métamorphiques en corps isotopiques

Ci-git donc le temps au champ statique d'une sinusoïdale apocalyptique

Blanc silence au pâle linceul des gisants

Noire lueur à la nuit crépusculaire des "Au-revoir"...

 

Fin du monde à l'onde de choc

Fin de l'espoir

Fin des jours

Et de tous ces désamours!

 

A ne pas vouloir, ne rien pouvoir 

Reste pourtant l’ombre d’une ombre, une charogne recrachée au destin fumiste

Et promise à dénaître des rêves en toc d'un traître alchimiste

Ivre de son image

A l’ivraie de sa rage

Laissant poussières et temples-pierres en mortes chairs

Psalmodiant de faux sermons en oraison

Des cauchemars à l’estoc d’un clown solipsiste

Avec des vies vides à l'envi se dévidant au gouffre cosmique

Avec des ombres sombres tombant au tombeau d'une étale atonique

Subsiste alors comme un écho, en déraison

Des volutes d'arabesque

        Ou peut-être une fresque dantesque

           Une chorégraphie du chimérique s'en allant mourir au cœur affamé d'un trou noir

Là où de pauvres hères errent au règne de l’éphémère

Étiques

Amnésiques

Et mutiques au désespoir...

Tristes reliques laissées au témoignage de quelques ruines refroidies -vision fantomatique

Et piégées au miroir brisé de nos rages à l’acide noir et rouge-lie

 -  Pas de deux pathétiques

Juste des miettes de nous aux catacombes du sulfurique

Happées à l'entonnoir cosmique des dieux et des hommes et des gueux

         Pulvérisées au quantique sans cantique des adieux dépourvus de tout enjeu

         -  Pantins loin de son cirque

Ci-gît donc l'espoir, sans réplique

Dérive post-historique aux rites funéraires d'une humanité en bits informatiques

Ou Big Bang numérique d’un instant sanctifié au hors-là d'une éternité statique

Noir-néant

       Dédale d’une aura corpusculaire

Et piège d’un destin polymère ….

 

 

 

 

*          *

 

*

 

 

 

Tous droits réservés

 

© Jacqueline Wautier 2015

 

Texte protégé par les règles et droits de la propriété intellectuelle !

 

 

 

 

*

 

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

1. AlysonZxv (site web) 08/10/2017

My friend and I went camping the other day. It was a very bad experience, as he wouldn't let me sleep all night. He kept talking about random subjects and whined about his insomnia. I totally told him to source and deal with it.

2. jacqueline wautier (site web) 19/03/2015

Juste vous remercier, Monsieur Vallier!
Ma plume "varie" plus souvent d'articles de philosophie en nouvelles mais l'écrin qui nous est donné ici et ce "Printemps des poètes" se prêtaient à l'exercice...
Merci donc, et plus encore d'avoir pris la peine de laisser un commentaire!
J. W.

3. Vallier Noël (site web) 17/03/2015

Ce parti pris poétique ne me correspond pas vraiment .....
Et pourtant force est de reconnaître que le propos est porté par l'érudition et l'intelligence .
Ce texte est de surcroît foisonnant de richesses sémantiques spectaculaires .
Je lui attribue en conséquence la note maximum .
Félicitations .

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×