Gilles Palomba - Chant XXX - Extrait de "Le livre d'Elaya"

Chant XXX

 

 

 

Voici ton ventre qu’en sa langue ma peau tamise, y détaille à l’aveuglette le grain. Que l’on m’arrache les ongles afin que mes caresses lui soient plus douces !
Ventre s’il frémit dont je frémis, en moi qui se soulève ; ventre, s’il infléchit où je plonge; nos ventres en nage alors qui se diluent, ventres secoués de vagues à la surface desquelles nos âmes font la planche.
Tournés au ciel se regardent nos yeux, idem que nos faces mélangées se mouchent de nuages, bouches baisant tout l’espace, un grand large, l’azur... La vie, quoi !

 

 

 

Extrait de "Le livre d'Elaya"

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Gilles Palomba

 

*

 

Pour découvrir l'univers de Gilles Palomba, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://www.gillespalomba.fr/114995792

 

*

 

4 votes. Moyenne 4.75 sur 5.