Gilles Palomba - La complainte de Saint-Germain

La complainte de Saint-Germain

 

 

 

à Alain Breton

 

En montant à la citadelle
Avec entrain je veux aimer
Germain Nouveau comme jamais
Poète gueux battant semelle

L’amour des mères nous appelle
C’est le poème le plus beau
Pareil à lui sur un tombeau
Pleure sans fin mon cœur fidèle

J’allumerai une chandelle
Avec ferveur s’il me permet
Pour qu’elle brille à tout jamais
Quand j’entrerai dans la chapelle

Il me fera la courte échelle
Pour entrevoir une éclaircie
Je lui dirai Germain merci
Frère Nouveau quelles nouvelles

Nous n’avons pu faire la belle
Marcher avec nos godillots
Natif trop tard ou toi trop tôt
Pour nous aller battre semelle

Tels qu’en chemin loin de la peine
Dans la lumière du couchant
Jadis tu pris la clef des champs
Avec Rimbaud avec Verlaine

Lors c’est en vain que je l’appelle
Et ce petit poème va
Se perdre comme il arriva
Tomber du ciel battre de l’aile

Si bonnes gens frères humains
Vous la voyez la citadelle
Ecoutez donc qui monte d’elle
La voix d’amours sans lendemain
 
Des anges feus des cœurs fidèles
La complainte de saint Germain

 

 

 

 

*

 

Extrait de "Frères de la zone"

 

 

 

*          *

 

*

 

 

 

Tous droits réservés

 

Gilles Palomba

 

 

*

 

 

 

Gilles Palomba, "Frères de la zone", éd. Edilivre

 

http://www.edilivre.com/freres-de-la-zone-1e5d59c0e8.html#.U3JocSjPsuQ

 

 

 

*

 

 

 

Pour découvrir l'univers de Gilles Palomba, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

 

 

http://www.gillespalomba.fr/114995785

 

 

 

 

*

 

 

 

14 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

×