Gilles Palomba - “Comme est le temps...”

“Comme est le temps...”

 

 

 

Comme est le temps lente blessure
Et prompt à tout désemparer
Quand s’élargit la déchirure
Entre deux êtres séparés

Comme il serait meilleur qu’on meure
Tant est le temps lente agonie
Par la seconde qui demeure
Et prend valeur de l’infini

Quand dure trop douleur d’amour
Toujours plus profonde se plaît
La force immuable des jours
A mettre son doigt sur la plaie

Est-ce une pause un mauvais rêve
Au gré du fleuve une eau descend
L’eau vient sans hâte et fuit sans trêve
Chemin passé toujours passant

J’attends J’attends que les jours changent
Naisse l’avril et crient les nids
Du souvenir qui bien arrange
Le pire en mieux dès qu’il finit

J’attends que les poissons s’envolent
Et dansent les coquelicots
Applaudis par des crêtes folles
A grands coups de cocoricos

J’attends que le soir tourne au clair
Sur les talons de ta venue
Miraculeuse valse en l’air
Et corps à corps au sein des nues

Voici deux navires épars
En proie au loisir du néant
Qu’un vent revêche au loin sépare
Sur l’échiquier de l’océan

Mais toute chose à terme vire
Et l’un vers l’autre il se pourrait
Qu’au gré du monde deux navires
Parviennent à se rencontrer

Car le temps présent passe passe
Entre deux ports intermittents
Mais l’espoir pour être l’espace
Ne peut que se moquer du temps

Car la Terre pour être ronde
A donné la force infinie
De réunir au gré du monde
Tous ceux qui furent désunis

 

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

© Gilles Palomba

Extrait de "A l'encre bleue"

 

 

*

 

Gilles Palomba, "A l'encre bleue", éd. Edilivre :

http://www.edilivre.com/a-l-encre-bleue-1e5d59bc0a.html

 

*

 

Pour découvrir l'univers de Gilles Palomba, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://www.gillespalomba.fr/114995785

 

*

16 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×