Gilles Palomba - Le chant du marin sans bateau

Le chant du marin sans bateau

 

                 Un soir à Toulon ville d’ombre
              Au ciel changeant d’encre et de sang
              D’azur étale et d’humeurs sombres
              Au caractère incandescent
              Cité marine aux quais sans nombre
              
              Se tient debout face à la mer
              Un homme indifférent à tout
              Hormis peut-être au désir fou
              De s’embarquer dessus la mer
              Toucher son cœur baiser son cou

              C’est Florentin le taciturne
              Cet homme au bord des quais crasseux
              A ce point triste sous la lune
              Qu’il fait les plans d’un ventre-creux
              Qui s’en irait vers la fortune
              
              Dans le port hurlent les mâtures
              Comme des loups dans la forêt
              Des revenants désespérés
              Au vent cinglant qui les torture
              La plainte d’âmes éplorées

              Vulcain fidèle à son travail
              Avec le soir s’en vient forger
              D’un soleil la rouge médaille
              Et joies et peines mélangées
              Plongent comme une dans la baille
        
              Alors à pas de fauve approche
              L’ombre au manteau d’éternité
              Avec des airs de cruauté
              Des airs de marées sur la roche
              D’un flux sans cesse répété
   
              Couleurs de l’encre et du corail
              Les jours passant aux ans que j’ai
              Poussent sur moi le soupirail
              Du remords et du préjugé
              Dit Florentin face à la baille

              C’est l’heure où las de faire fête
              Cupidon sommeille d’ennui
              Les chants paillards au loin s’enfuient
              Laissant au dieu des amourettes
              Son carquois vide près de lui

              Rêvera-t-il cet ange encore
              Naguère alerte au gré des eaux
              Lui si vaillant entre deux ports
              A lancer les jolis vaisseaux
              Comme les flèches dans les corps

              Ces blancs vaisseaux sont-ce des plaintes
              Venues du large avec le vent
              Sont-ce des mouchoirs dérivant
              Sur la vague d’amours défuntes
              Les flots porteurs des joies d’avant

              Quelle chanson de pleine mer
              Monte sans fin au moussaillon
              Notes qui font la vie amère
              Mourir les voix sous un bâillon
              Fermer les yeux des êtres chers



                                     *



              C’est à Toulon cité bercail
              Ville peuplée d’amours défunts
              Aujourd’hui vide et sans parfum
              Grouillant de gueux et de racaille
              Que Florentin pleure sans fin

              Il erre comme un pauvre hère
              Cet homme seul devant les flots
              Ce marin triste sans bateau
              Qu’un sort condamne sur la terre
              A souffrir ce qui fait défaut

              Quoi l’amour au malheur accule
              Forçant à suivre son essieu
              Qui tourne en cercles vicieux
              Sans fin de l’aube au crépuscule
              Toujours l’enfer avec les cieux

              Que tombe en ruine le décor
              De mes Versailles nébuleux
              Tout n’est que marais argileux
              Brume dessus les rêves morts
              Prince déchu devenu gueux

              Ma sœur étoile mon soleil
              Ma flamme au front des nuits d’été
              Soudainement s’est écartée
              Après que fertile en conseils
              C’est le poème déserté

              Plus une étincelle au portique
              Que dans le noir un astre fait
              Seule une nuit sans réchauffer
              Un cœur naguère si lyrique
              Perdant sa cause et son effet

              Vois la débâcle des images
              Un rideau choit d’avoir été
              Et l’homme avec sa croix portée
              Par trop d’oreille au chant du large
              Stoppe le pas sur la jetée

              Voici les marines Versailles
              Qu’il va falloir abandonner
              Et pour acquit perdre l’inné
              Voici le navire au bercail
              Pris dans des toiles d’araignée

              L’étoile est morte de l’amour
              Le temps n’est plus à faire un vœu
              Adieu l’espérance et le jour
              Etoile éteinte quoiqu’aux yeux
              D’en bas visible encore Adieu

 

 

 

 

*          *

*

 

Extrait de "Frères de la zone"

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Gilles Palomba

 

*

 

Gilles Palomba, "Frères de la zone", éd. Edilivre

http://www.edilivre.com/freres-de-la-zone-1e5d59c0e8.html#.U3JocSjPsuQ

 

*

 

Pour découvrir l'univers de Gilles Palomba, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://www.gillespalomba.fr/114995785

 

*

 

 

9 votes. Moyenne 4.78 sur 5.

Commentaires (1)

1. Vallier Noël (site web) 13/04/2015

Que voilà un travail très sérieux , très talentueux .
Félicitations .

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.