Gilles Palomba - Le dernier chant du marin dans le naufrage

Le dernier chant du marin dans le naufrage

 

 

 


                       Au bout du rêve il faut partir
                   Laisser où la graine est jetée
                   La chance de s’épanouir
                   Voir en la fleur un fruit sourire
                   Aller au bout de son idée

                   Mais la mer est indifférente
                   Entre le flux et le reflux
                   A ceux que l’aventure tente
                   Tous les beaux lendemains qui chantent
                   Un lendemain ne chantent plus

                   C’est que Vénus en transhumance
                   Porte sur elle trop de plans
                   Faits et défaits trop de mouvances
                   Sans répondant la folle errance
                   Dans l’astrolabe et le sextant

                   En transhumance îles précoces
                   Flots qui menèrent en bateau
                   Celui qui n’eut de saphir noces
                   Flots sur quoi virent les négoces
                   Rêvant cuillère ayant couteau

                   De proche en loin mon frêle esquif
                   Dans une lessive nacrée
                   Ose des lettres sur le chiffre
                   Mais c’est un monde de récifs
                   Jonché de pointes acérées

                   Toujours la vague recommence
                   Une mer d’huile au jour qui vient
                   Avant la nuit dans la démence
                   Même réveil sur l’onde immense
                   Même revers qu’un rêve tient

                   Les voiles fières du navire
                   Sont des drapures en charpie
                   Tandis qu’assaille frappe vire
                   Une eau non lasse de sévir
                   Monter descendre sans répit

                   A genoux face à cette houle
                   Tard mon bateau reprend raison
                   Au cœur d’une impassible foule
                   Les voiles du destin s’écroulent
                   A genoux face à l’horizon

                   Ô ma partance aux plages blondes
                   Au sable comme de la soie
                   Couvrant les épaules du monde
                   Saison d’aller au gré du monde
                   Sable envolé des primes fois

                   La joie accourt devant la peine
                   Ce qu’il importe avant l’oubli
                   Dans cet élan que tout assène
                   A coup d’amour à coup de haine
                   Ô mer qui lie et qui délie

                   Chante-moi le chant de naguère
                   Le chant d’un marin sans bateau
                   Avant de m’engloutir ô mer
                   Chante sa peine plus amère
                   Que moi qui vais mourir bientôt

 

 

 

*          *

*

 

Extrait de "Frères de la zone"

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Gilles Palomba

 

*

 

Gilles Palomba, "Frères de la zone", éd. Edilivre

http://www.edilivre.com/freres-de-la-zone-1e5d59c0e8.html#.U3JocSjPsuQ

 

*

 

Pour découvrir l'univers de Gilles Palomba, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://www.gillespalomba.fr/114995785

 

*

 

 

15 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. AlysonMvo (site web) 11/10/2017

http://fashioncareerguide.net/index.php?qa=902&qa_1=where-can-we-get-details-about-buy-modafinil-online

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.