Gilles Palomba - Entre deux eaux...

Entre deux eaux...

 

 

 

                        Il était une fois plein cap
                   Un blanc vaisseau sur une eau bleue
                   Qui s’en allait à mille lieues
                   Sans faire escale et sans étape
                   En plein midi vers d’autres cieux

                   Mais c’était méconnaître l’heur
                   Des sirènes et des tritons
                   Trop avenants près des pontons
                   Pour ne pas feindre les douceurs
                   Sur des flots d’huile et de coton

                   Or un matin de mer étale
                   On mit les voiles sur hauban
                   Midi la barre et vent portant
                   Sans voir sur la carte postale
                   Un faire-part de l’ouragan

                   Ainsi les jeunes gens sur l’onde
                   Ont beau composer un penchant
                   Céder au son d’un joli chant
                   Et tout joyeux danser la ronde
                   Ainsi s’en vont les jeunes gens

                   Un jour l’un d’eux n’ayant plus l’âge
                   De faire front d’aller plus loin
                   Il fit naufrage sans témoin
                   Son corps sans vie près d’une plage
                   Fut repêché les poumons pleins

                   Une femme devenue veuve
                   Près de lui versa des sanglots
                   Quelle infortune matelot
                   Rapportes-tu de cette épreuve
                   Gémissait-elle le cœur gros

                   Un fils va naître ajoutait-elle
                   De notre amour mon ventre est plein
                   Ce sera donc un orphelin
                   Ange déchu d’une part d’ailes
                   Qui devra naître un jour prochain

                   Cruelle immensité du large
                   Ô Voix qui ne plaignent jamais
                   L’inconsolable bien aimée
                   Qui crie debout sur le rivage
                   Sa douleur d’être abandonnée

                   Vous lasserez-vous donc un jour
                   De faire au monde les yeux doux
                   Séduire même nos époux
                   Dès lors qui cèdent sans retour
                   Les plus sages comme les fous

                   La femme hurla jusqu’au soir
                   Toute sa rage son chagrin
                   Avec l’écume et le venin
                   Du malheur et du désespoir
                   Puis disparut quand la nuit vint

                   Entendit-elle derrière elle
                   Ce que la voix des flots diffus
                   Semblait mêler dans le reflux
                   Plage bruissant d’eau qui ruisselle
                   Ou causerie d’âmes perdues

                   A moins que ce parler d’ailleurs
                   Voulût faire suite à la vie
                   De ce marin qu’elle ravit
                   Avec les mots d’avant qu’il meure
                   Dernier poème qui suivit

 

 

 

 

*          *

*

 

Extrait de "Frères de la zone"

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Gilles Palomba

 

*

 

Gilles Palomba, "Frères de la zone", éd. Edilivre

http://www.edilivre.com/freres-de-la-zone-1e5d59c0e8.html#.U3JocSjPsuQ

 

*

 

Pour découvrir l'univers de Gilles Palomba, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://www.gillespalomba.fr/114995785

 

*

 

 

10 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. masttorrad (site web) 15/10/2017

すべての https://masttorrent.com/ https://masttorrent.com/browse-torrents/ https://masttorrent.com/top100 https://masttorrent.com/latest100 https://masttorrent.com/search-cloud/ 投稿者

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×