Gilbert Mervilus - Pour Carla, tout simplement...

Pour carla, tout simplement...

 

1236145 665450453467844 4993259 n

Source photo inconnue

 

 

Là où je vis,
Cela fait, au moins 25 ans,
Que je souhaite,
Me réveiller un jour
Et te dire, BONJOUR !
Nous aurons le temps de méditer,
De réfléchir, «d’analyser»,
Et qui sait, de prendre ensemble,
Face à face, un bon café.
S’il te plait,
Déposons plume, clavier et papier,
Pour nous dire,
Tout doucement, réellement,
BONJOUR !
14/07/2013

 

 

II


Il est souvent difficile d’expliquer pourquoi et comment on s’attache à un lieu ?
On s’attache au nom d’un lieu, son histoire, sa musique.
Et, il y eut d’abord le nom de QUELQU’UNE …
Depuis quelque temps,
Je réalise que QUELQU’UNE
M’oblige à prendre des nouvelles de…
Curitiba.
Je me retrouve (et me découvre…)
Entre le Deville, le Bourbon et le Sheraton !
Et surtout,  je me trouve déjà
(Sans avion, ni bateau)
A la Rue piétonne 15 novembre !
Lorsqu’on  pense, réellement,
A QUELQU’UNE,
Les ailes du cœur vont plus vite que Concorde
Et le trottoir, près de ta fenêtre, sera notre 5 étoiles,
Sous la lune de Curitiba !
Août 2013, le premier dimanche.

 

 

III


 […]
Alors, saviez-vous que souvent, vos tangos,
Vous poursuivent !
Atrocement, d’ailleurs !
Carla est apparue et a disparu avec cette effrayante vitesse des lourds éclairs de la vraie vie !
Alors, près de là où je vis,
Les tangos prennent mille formes,
Lorsque les transpirations du cœur
S’échappent des paupières.
J’ai cru comprendre que les profanes préfèrent dire :
Larmes !
Mais, tout cela, je refuse de vous le dire.
Je confie le destin de ces larmes à Omara.

 

 

 

 

*

Tous droits réservés

Gilbert Mervilus

 

*

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !