Gilbert Mervilus - MES UNES et AUTRES !

MES UNES et AUTRES !

 

Les

 

C’était,

Dans un cinéma, à bon marché, du Port-au-Prince

De la dictature ;

Et uniforme d’écolier, sur le corps et dans l’âme,

Après deux séances, de projection du film,

Pour cinquante centimes,

J’ai dormi,

Heureux,

Rêvant,

Presque ronflant-caressant-

Sur les poitrines d’une écolière,

Belle, comme une ange, du vrai paradis.

 

Je me suis réveillé, sous les bombes,

D’une poitrine, chaude,

Et veuillez m’excuser,

Si de temps à autre.

Je dis « je t’aime » en sursautant…

Son parfum est resté, dans le cœur de ma poitrine…

C’était ….en « 1945 », je crois,

J’étais en rhéto…

En fait, dans ma tête de 1982,

Hélas !!!

 

 

 

 

 

*           *

*

 

Tous droits réservés

Gilbert Mervilus

 

*

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !