Gilbert Mervilus - Hommage à Denis O'BRIEN, mon voisin et à Etzer Aurélus, mon ingénieur

Hommage à Denis O'BRIEN, mon voisin et à Etzer Aurélus, mon ingénieur

 207461 484584068248042 164169225 n

Artiste : Berit Kruger Johnsen

 

A Monsieur Etzer Aurélus, ingénieur, qui m’a appris à vivre dans une maison, selon les normes. Et, d’une générosité, toute fraternelle, il a tout fait.

Je dis MERCI, avec CHAPEAU !

 

*

 

Je ne frôle pas l’indifférence, mais je crois, sœurs et frères de plume, avoir, déjà, tout dit autour de cette date.
Parce que, depuis ce « 12 janvier » mon pays est comme « sous la tente », dans notre cœur !
Mon pays était devenu, sur les cadavres, frais, de mes amis, un charnier grimaçant au Monde : « cimetières sans frontière », comme si le char de Loubo* nous avait tous avalés.

Mais, « l’ex- pays », aussi, entre-temps, a donné au Monde, au moins, mille nouveaux millionnaires solides et silencieux.
Eh bien, j’ai tourné, avec conviction et ténacité, la page ! Et adieu au « 12 janvier 2010 », sans insulte mémorielle aux victimes plurielles, mais en rébellion, je le suis !
En attendant votre visite, chez moi, sœurs et frères d’armes et dans l’âme, je dois vous dire, déjà, qu’il y a une chose, qui a vraiment changé, dans mon cœur : l’irlandais m’a appris à voir, la beauté du travail de chaque heure, et au jour le jour, majuscule, grand et beau, «valga la redundancia », comme le « laboureur » et ses voisins. Pour chacun de vous, j’ai laissé un petit cadeau, simple : il y a une galerie, belle, signée Aurélus, qui vous attend et un verre plein d’amour.
L’irlandais, au-delà de préjugés et mille millions de difficultés,  est en train de changer, petit à petit, mon quartier et ma ville, sans communiqué, ni tapage ! Et je me suis mis au pas, avec Aurélus!
Au pas de l’irlandais, mon voisin, j’ai appris à vivre et Aurélus fit le reste !
Ce  géant là, il a giflé notre bourgeoisie bizarre, avec anesthésie.
Je ne frôle pas l’indifférence, mais si je devais rendre hommage aux victimes, je leur offrirai une maison comme celle de mon voisin, Monsieur O’Brien. Et mon Dieu, du pain, il en a apporté dans mille millions de familles ; sans tapage comme on le fait chaque et autour du « 12 janvier ».
Je vote O’Brien, cet irlandais exemplaire, aux élections de mon cœur !

*Allusion aux prestigieuses pompes funèbres Pax Villa.

 

417947 454033298011957 163642271 n

Photo source inconnue

 

*          *

 

*

 

Tout droit réservés

Gilbert Mervilus

12 Janvier 2014

 

*

 

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×