Gilles Palomba - La 7e Nuit du 7e Mois

Extrait IV

 

 

- Je vous vois souvent sur le bord des routes, m’a dit la petite marchande de pommes de terre à l’épicerie du coin.
- J’aime la marche, alors je marche. Je marche pour ne pas finir assis. Les chiens aboient à coups de mâchoires vers le ciel, et moi je marche. Je tricote des kilomètres avec les pieds, je suis le tisserand des routes . Je vêts ma garde-robe aux vents qui me veulent, et voyez donc comme c’est du dernier cri... Libre !  Juste un pied devant l’autre, mille chorégraphies me viennent. Ça me démange, ça me fourmille, ça me chatouille tellement que je me dépote ; ça fait guili-guili, ça m’asticote, c’est irrésistible !  Alors je danse ! Je fais des pointes sur la mappemonde, je fais marelle de ma route et trampoline du chemin, je suis en piste avec la vie. Je danse avec les mains, je danse sur la plante des pieds, je danse depuis la tête jusqu’à l’extrémité de mes orteils. Oui je danse, quand je marche, même si c’est à découvert. Je cueille des mûres dans les ronces, je folâtre parmi les hautes herbes qui voltigent de sauterelles ; je roule-boule avec elles, poitrine nue au soleil. Je suis l'éclaireur aux avant-postes de la joie.

 

 

 

 

*         *

*

 

 

Extrait de " La 7e Nuit du 7e Mois"

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

© Gilles Palomba, 2015

 

 

 

*          *

 

*

 

 

 

 

Pour découvrir l'univers de Gilles Palomba, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://www.gillespalomba.fr/114995785

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

19 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×