Frédéric Cogno - Femme

 

 

 

Femme,

N'osant plus repeindre son merveilleux décor,

A peine eût-il fini que nymphes et aurores,

Comme pour festoyer un peu plus près du coeur,

Te voilèrent d'azur sur le mirage en fleurs.

 

Femme,

Avec sur tes deux joues de quoi rosir nos jours,

Avec sur tes lèvres de quoi tromper la mort,

Avec dans ton regard des saisons d'avoir tort,

Sur tes seins, le désir, ami ou bien vautour,

 

Femme,

Je sais qu'il nous légua sans savoir deux printemps.

Il ne manquait plus rien et Dieu se dit pourtant:

-" Un autre a dû signer, c'est sans doute Satan..."

Et me voilà poète avec un tant pour tant!

 

 

 

 

 

*            *

*

 

Tous droits réservés

© Frédéric Cogno

 

*

12 votes. Moyenne 5.00 sur 5.