Frédéric Cogno - Gitane

Gitane

 

 

 

Des yeux comme les tiens, le poète y prend goût...

Ombreux  comme un vaisseau sur l'océan du soir,

Lugubres sous la lune, ensorceleurs de proue,

Ondulant à jamais fantomatiques et noirs! 

Rêveuse au gré des flots, tu hantes encore le pont,

Esseulée, éperdue, au milieu des étoiles,

Saisie d'un doux parfum, l'horizon te répond,

 

Messager du couchant, il veut hisser tes voiles!

Ainsi tu t'abandonnes et sans l'espoir d'un port,

Ton regard si lointain aux cargaisons secrètes,

Traverse un long émoi maternant les tempêtes

A jour de tes amours jetés par dessus bord...

 

 

 

 

 

*            *

*

 

Tous droits réservés

© Frédéric Cogno

 

*

 

 

 

12 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

×