Frédéric Cogno - Ils s'envolent en oubliant

Ils s'envolent en oubliant

 

 

 

Lorsqu'au coeur le bosquet caquette,

J'aime surprendre les oiseaux

Fricoter avec la branchette,

Encanailler quelques rameaux.

 

Frêles querelles et commérages!

Rixes de la belle saison!

Les quolibets jouent du feuillage,

ça rouspète fiers histrions!

 

Il faut les voir dés l'ombre teigne

Se chamailler préchi-précha,

Pestent-ils sur le prochain règne?

Ou les règles des pugilats?

 

Des galants jaloux des promises?

Un nid peut-être trop joli?

Un moineau vu chez les cerises?

Ô cage verte aux tragédies!

 

Et puis adieu les trouble-fêtes,

Cela ne dure pas longtemps,

Les petits bandits font guiguette,

Ils s'envolent en oubliant.

Ils s'envolent en oubliant...

 

Que j'aimerais que nos empoignes,

Que notre haine, que nos drapeaux,

Buissonnent l'accent des campagnes,

Gazouillent comme les oiseaux,

Et s'envolent en oubliant.

Et s'envolent en oubliant...

 

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

© Frédéric Cogno

 

*

13 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. AlysonPwr (site web) 08/10/2017

My friend and I went camping the other day. It was a horrible experience, as he wouldn't let me sleep all night. He kept talking about random stories and cried about his sleeplessness. I totally told him to site and deal with it.

Ajouter un commentaire
 
×