Frédéric Cogno - Le brouillard

Le brouillard

 

 

Un parapluie s'en va tout triste

Sous une voûte mortuaire,

Un nuage cherche un fleuriste

Dans l'enclos gris cache-misère.

 

La terre pleure, goitre et passoire,

M'entrouvrant ses racines noires,

Le brouillard place les oiseaux

Sur les cintres froids des poteaux.

 

Sa bouche opaque épouse en bas

Un jardin chauve abandonné,

Quel décret scelle-t-on là-bas

Au fumeron des macchabées?

 

Il survient comme un juste au corps

Sur la forêt des frêles âmes,

Du tombeau il habille et sort

Son jeune hôte à la chaux des brames.

 

Ô brouillard! Ermite macabre!

Sur tes cernes passent les loups!

Ton teint faisandé sous les arbres

Tient de la mort qui se dévoue...

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Frédéric Cogno

 

*

 

8 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. AlysonXla (site web) 11/10/2017

https://myspace.com/micka52/post/activity_profile_31278887_2e6c4956cab24af69f4a908107617d86/comments

2. Stef (site web) 06/11/2016

Bravo Frédéric ! Les frimas d'inspirent et c'est heureux pour nous !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×