Frédéric Cogno - Petit bonheur

Petit bonheur

 

 

 

Ah! qu'il est bon d'entendre rire

Les verts feuillages des grands chênes,

Petit bonheur qu'un vent décerne

Dans l'ombre mâle où tout respire.

 

Sourdine arpégée de senteurs,

Les herbes gloussent sous la brise,

Une pie prend sa friandise,

Mon vers parle aux rayons moqueurs.

 

Nonchalance d'un rêve épié,

L'air bourdonne de rimes folles,

L'appel des nids court la girolle,

Le chat s'endort sous le figuier.

 

Ah! qu'il est bon un temps d'écrire,

Goûter ce coeur plaintif, à peine,

Petit bonheur et gorgée pleine

De longs baisers, de frais sourires...

 

La rose tout en révérence

Frémit au jeune papillon,

Les gazouillis perdent raison,

L'araignée tisse avec aisance.

 

Mais qui va là derrière moi?...

Mon vieil ami est arrivé

Comme une douce mélopée

Qui vient se signer dans les bois.

 

Son épouse lui fait écho,

Souriante sous la ramée,

Avec des fraises et du café,

Un mot gentil d'esprit nouveau...

 

Ah! Qu'il est bon, homme du pire,

De croire en cette amitié reine,

Petit bonheur tu te ramènes

Et ce poème ose le dire!

 

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Frédéric Cogno

 

*

 

11 votes. Moyenne 5.00 sur 5.