Frédéric Cogno - Cueillir

Cueillir

 

 

Cueillir

Alors que mars s'emmêle,

S'il rissole ou ruisselle

Sous les peines de coeur,

Cueillir

 

A l'orée d'une Angèle,

A jamais plus pucelle

Que l'aurore en dentelle:

Une fleur!

 

Cueillir

Par de là les brindilles,

Quand le bois, joyeux drille,

Ouvre en grand ses papilles,

cueillir

 

Sous la vieille charmille,

Au terreau des quadrilles:

La première morille!

 

Cueillir

Sur la pointe des tiges,

Cierge en pleurs des vestiges,

Tesson de nudité,

Cueillir

 

Lorsque l'aube s'afflige,

Cloque d'azur oblige

Sur l'iris qui se fige:

La rosée!

 

Cueillir

Talonnant la colline,

Près des vignes coquines

Où moisit une bêche,

Cueillir

 

Quand les côteaux ruminent,

Du talus qui badine

A la jeune églantine:

Une pêche!

 

Cueillir

Enivrée de cerises,

Si le soleil l'attise

Arroseuse en chemise,

Cueillir

 

Que ce soit par surprise,

Avant qu'elle se frise:

Une petite brise!

 

Cueillir

Sur un dessin d'ombrage,

Quand il faut à l'image

Deux doigts de gouttes d'eau,

 

Cueillir

Prisonnier des pliages

Dans cette urne sauvage

Tombé d'un peigne sage:

Un mot!

 

Cueillir

Notre seul point de mire,

Fard d'âme qui soupire

Ses pollens cachemire,

cueillir

 

Qu'un coeur fou à fait frire,

Quand la femme désire:

Le plus beau des sourires!

 

Cueillir

Alvéole d'éponge,

Baigneur geignant le punch

D'un vieux rhum vanillé

Cueillir

 

En l'équeutant mensonge

Aux couvaisons des songes

Sur des lèvres sans longes:

Un baiser!

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

© Frédéric Cogno

 

*

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.