Frédéric Cogno - Les bonjours tarifés

Les bonjours tarifés

 

 

Il est là au coin de la rue,

Et ses airs faussement bourrus

En font un gars de la marine;

Sur une marche d'escalier,

Quelques vieux journaux à ses pieds,

Il sent la vinasse et l'urine.

 

"Bonjour monsieur, bonjour  madame,

Sans réclamer, par politesse,

Sans gobelet, sans vague à l'âme,

ça vaut bien un' petite pièce"...

 

A l'agence des mauvais vents,

Près d'un guichet malodorant,

Elle se tient en embuscade;

Gitane hardie au front noir,

Elle cajole son trottoir

Avant de porter l'estocade.

 

"Bonjour monsieur, bonjour madame,

Sans réclamer, par politesse,

Sans gobelet, sans vague à l'âme,

ça vaut bien un'petite pièce..."

 

A la poste, tôt ce matin,

Un préposé aux petits riens

M'a tenu gentiment la porte;

Les grands oubliés en ces temps

Ne seraient-ils pas tristement

Le savoir-vivre et l'âme accorte?...

 

Pour quelques bonjours tarifés,

Je me dis que c'est bon à prendre,

Loin des passants au coeur vicié

Qui n'ôteront pas leur scaphandre.

 

Puis devant la boulangerie,

Avec un chien pour seul ami,

Accompagnant les feuilles mortes;

Pendant la ruée de midi,

Sans pancarte, elle m'a souri,

Quand l'agrément devient cloporte....

 

"Bonjour monsieur, bonjour madame,

Sans réclamer, par politesse,

Sans gobelet, sans vague à l'âme,

ça vaut bien un'petite pièce..."  

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Frédéric Cogno

 

*

 

 

3 votes. Moyenne 4.67 sur 5.

Commentaires (1)

1. AlysonGyo (site web) 11/10/2017

https://www.dropshots.com/maya85/date/2017-10-06/0754

Ajouter un commentaire
 
×