Frédéric Cogno - L'arc-en-ciel

L'arc-en-ciel

 

 

 

Les versants verts suaient, un bras d'arbres ascètes,

Une plainte du ciel se perdait par la houle,

Noyé dans son néant couleur caviar osciètre,

Le poignet du vallon chavirait dans le fioul.

 

La pluie avait cessé et liquéfiait septembre,

Un rayon rose et fiel fusa au firmament,

L'arc-en-ciel apparut à l'assaut bracelant

La prairie et le bois sous les néons des ambres.

 

Joyau pourpre et vermeil arqué dans l'azur paille,

Ce bijou reflétait des vapeurs de cassis,

Confisait l'orangeat sur la bouche d'Isis,

Se lovait rouge sang pur rubis des poitrails.

 

Il ne manquait plus rien. L'orpailleur, de ses dards,

Ouvrit son rideau noir, puis, tel un joaillier,

Ordonna aux oiseaux, fileurs sous les halliers,

De tournoyer d'argent autour de l'objet d'art.

 

 

 

 

*          *

*

 

 

Tous droits réservés

© Frédéric Cogno

 

 

*

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×