Frédéric Cogno - J'aime tes yeux à la volée

J'aime tes yeux à la volée

 

 

 

J'aime tes yeux à la volée,

Quand le soir plaide l'enfance,

Que le vent sème à outrance,

Des amours couleur de l'été

Que le couchant va flairer.

 

J'aime tes yeux à la volée,

Baladins dans les feuillages,

Coursiers toujours en voyage

Sur les chemins et les sentiers.

 

J'aime quand ils se languissent,

Amandes qui se plissent

A la croisée de nos délices

En doux supplice.

 

J'ai cette envie de les piéger

Sur la menée d'une étoile,

Dans le douillet des sépales,

J'aime tes yeux à la volée.

 

J'aime tes yeux à la volée,

Joueurs proches des cascades,

Chenapans en embuscade,

Blottis comme deux ramiers

Sur la mousse d'un rocher.

 

J'aime tes yeux à la volée,

Scribes d'une chanson douce,

Témoins d'une forêt rousse

Où gambadent les jolies fées.

 

Quand ils suivent les rivières,

La menthe des bergères,

Lorsqu'ils vont veiller la clairière

En solitaires.

 

Rien n'est plus beau sous la ramée,

L'éclat de l'or prend leurs serpes,

Ils fauchent les grandes herbes,

J'aime tes  yeux à la volée.

 

J'aime tes yeux à la volée,

Dans un tourbillon de fête,

Brillant de mille facettes

Sur des pas de danse endiablée

Au bal des chardonnerets.

 

J'aime tes yeux à la volée,

Fusant comme l'hirondelle

Sur la rosée jouvancelle

D'une jeune aube diamantée.

 

Ils me troublent et me fascinent

Quand l'amour les câline,

Quand le plaisir fou les jardine

De larmes fines.

 

Ils ont plus de trésors cachés

Que les océans sans âge

Que les cieux avant l'orage

J'aime tes yeux à la volée.

 

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Frédéric Cogno

 

*

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×