Frédéric Cogno - La cascade

La cascade

 

 

 

Au bout de cette rue, j'ai laissé mon enfance,

Quelquefois j'y reviens à l'heure du goûter,

Ravivé de printemps, les jours de souvenance,

Pour poser un sourire et me plisser Lettret*.

 

Rue de la cascatelle, un frisson me conduit

Comme un vieux riverain, épaule contre épaule,

Contournant le hameau au pied des rochers gris,

Il me dit: Vé, là-haut, elle coule bricole*...

 

La cascade, la cascade,

La cascade de Lettret,

Ô cascade! Ô cascade!

Cascade et mistralet!

 

La belle étend sa robe, elle n'a pas changé,

Eclats de voix calqués sur des glas Chaldéens,

Quand la pluie se fait rare et annonce l'été,

Toujours ce même chant caracolant sans fin.

 

Elle régente un bourg entre thym et rocaille,

Du haut de son balcon, d'affriolants cancans,

Jettent bas et chaussons le long de la muraille

Habillée pour un bal où  l'on est tout en blanc.

 

La cascade, la cascade,

La cascade de Lettret,

Ô cascade! Ô cascade!

Cascade et mistralet.

 

Parfois des torches d'eau, si la cascade gronde,

Révèlent un orage et mille cavaliers,

Du haut de la paroi sur le chemin de ronde,

Ses chaudrons monstrueux défendent la contrée.

 

Dans un schuss héroïque, elle hurle jusqu'en bas,

Escortée de corbeaux croassant de rancoeur,

Sa fureur acclamée à portée de nos toits,

Crache un nuage fou déflagrant un bunker.

 

La cascade, la cascade,

La cascade de Lettret,

Ô cascade! Ô cascade!

Cascade et mistralet.

 

Oh! J'aime son mystère au goulot de ses vannes,

Ses copeaux d'eau sertis de sifflets montagnards,

Quand le passé revient, quand j'entends la gangane*,

Et le "hou" du grand duc sous son flanc quelque part...

 

Enfant, je me souviens en contemplant sa guimpe...

Allez savoir pourquoi, j'y jetai mon clairon...

Peut-être qu'aujourd'hui, quand les ombres la grimpent,

C'est elle qui en joue dans son bac à chansons...

 

 

*

 

 

PETITS ECLAIRAGES

 

Lettret*: petit village des Hautes-Alpes coincé dans la roche à 15 km de Gap.

Bricole*: un petit peu (jargon local)

Gangane*: Sorcière qui enlève les enfants turbulents (jargon local)

 

 

 

*          *

*

 

 

Tous droits réservés

Frédéric Cogno

 

 

*

 

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×