Eve Zibelyne - De bric et de broc

De bric et de broc

 

37052 478898035512655 809571243 n

Artiste : Richard Greaves, Anarchitecte

 

*

 

 

De pain d’épices, il n’est pas question, pas plus que de pâte d’amandes ou autres mièvreries. Le fumet du chou rouge qui frémit sur le coin du poêle autour du morceau de lard met en appétit. La maison respire cet air parfumé de toutes ses veines ouvertes. Les planches disjointes se dilatent pour boire la buée nourricière qui leur redonne vie. La porte grimace sous la poussée du vieil homme qui entre, une branche de laurier à la main. Il n’y voit plus guère, mais il entend encore bien. La porte se penche, hésite sur le sens à donner à ses gonds désarticulés, avant de choisir la facilité et de se fermer en chuintant doucement.

 

Le jour s’invite, en curieux, par le bris des carreaux. Il dessine des losanges de soleil sur la toile cirée, croisillons frisés d’or sur les pommes ridées.

 

Le plancher accueille en gémissant un jet de poussière des soufflets du fauteuil avachi. La pièce sent bon le feu de bois, la pipe et le camphre. Les premières jacinthes de printemps égayent un coin de buffet bancal. Tout est de guingois. Cales de verre en cul de bouteilles pour les pieds de la table arrimée au parquet du tranchant des tessons, cendriers publicitaires caracolant sous le buffet orné de pichets jaune — canari – le pastis tient encore sa place dans ce coin du midi. L’eau fraîche ne coule pas au robinet, elle vient du puits creusé sous la maison. Sans doute est-ce lui qui creuse, petit à petit, les fondations rudimentaires de la maison de bric et de broc. Le vieux arrose le jaune d’une rasade d’eau glacée. D’une main tremblante, il recloue une latte au plafond, là où nichait l’hirondelle, au creux disjoint des planches colmatées de fientes. Elle est partie à l’automne et n’est pas revenue. Il aime à penser qu’elle s’est acoquinée quelque part au soleil de l’Afrique, là où les femmes chantent sans raison – pour le plaisir. Lui n’en a jamais eu, pour en avoir trop vu. La vie l’a comblé malgré tout. Il est heureux dans sa solitude, celle des hommes n’est pas la sienne. La marmite de chou bouillonne un appel à l’aide à toute vapeur. Le fumet s’évade et s’accroche au pas de la porte. Instant de bonheur. L’assiette ébauche un sourire édenté. Le tabouret traine des pieds et s’incruste. La cuillère racle et la bouche clape. Le lard moelleux ne s’attarde pas. Le chou rouge au vin au printemps naissant touche, du palais, le divin.

 

 

 

*          *

*

 

Pour écouter la version audio de "De bric et de broc" lu par l'auteur :

 

 

 

*

 

Tous droits réservés

Eve Zibelyne

23 février 2014

 

 

*

 

Pour découvrir l'univers d'Eve Zibelyne, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://lesnouveauxpauvres.jimdo.com/

 

*

 

Pour en savoir plus sur Richard Greaves, Anarchitecte :

http://www.artbrut.ch/fr/21017/3/expositions-passees/richard-greaves--anarchitecte

 

 

 *

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. AlysonSzh (site web) 08/10/2017

Oh Heavens. I don't know what to do as I have Lots of work to do next week summer. Plus the university exams are approaching, it will be a disaster. I am already panicking maybe I should read more to calm down a little bit. Hopefully it will all go well. Wish me luck.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×