Emecka - Troublante rencontre.

Troublante rencontre.

 

 

46238070d82e18423f2fe148f9898d44

Train en gare de Raoul Dufy

 

*

 

 

- « Bonj…bonjour madame ! Excusez-moi, je glisse ma valise…Voilà, c’est fait.

- Euh, oui, oui, je vous remercie mais…j’ai failli être en retard ! J’ai du courir un peu. Ça va aller…

- Montparnasse. Et, et… vous ?

- Ah Orly… ! Alors, votre voyage, ne fait que commencer en quelque sorte… »

Voilà ce que ma bouche dit.

Ô mes yeux, qu’avez-vous ? Pourquoi êtes vous autant aspirés ? Cessez donc ce regard si captif et ne vous promenez plus ainsi sur son visage. Je ne vous ai pas habitué à tant d’insistance avec une inconnue, enfin ! Voulez vous s’il vous plait, retenir un peu votre lent voyage sur la finesse de sa peau et sur ses délicates rides à peine estompées par ce soupçon de maquillage. Il est vrai que nous aimons tant les yeux en amandes, les prunelles noires et brillantes…je vous l’accorde mais, de grâce, reprenez-vous !

- « Effectivement, le train est presque vide. Je le prends souvent en début d’après-midi car je peux travailler pendant le voyage.

- Non, non, vous ne me dérangez pas ! Aujourd’hui j’avais juste prévu un peu de lecture…

- Mon livre ? Ah oui… ! Les œuvres poétiques complètes de Verlaine !! C’est mon compagnon de voyage depuis…des années !

- Vous aimez la poésie également ?

- Oui, je suis d’accord, cette fin du XIXème est vraiment excitante. Et dans tous les domaines artistiques.»

Voilà ce que mes lèvres ont articulé.

Ô mes mains, qu’avez-vous donc à trembler ? Cet ouvrage de La Pléiade n’est tout de même pas si lourd ! Mais cessez donc de triturer ce livre, enfin. Posez-vous maintenant et ne bougez plus s’il vous plait. Oui, voilà, sous la tablette, c’est mieux. Je vous ai connu plus calmes. Généralement, vous me réservez ces comportements quand vous êtes intimidées. Ah ? Vous…l’êtes…? Oui, je comprends votre trouble, cette femme est mystérieuse en effet. Elle est si…captivante, si…émouvante. Je ne sais comment dire mais…maitrisez-vous, non d’un chien !

- « Ce qui me séduit chez Verlaine ? Hum, comment vous dire madame…

- Lou ? D’accord, Lou. La passion. Oui, ses passions devrais-je dire…

- C’est vrai, je vous l’accorde, celle pour Rimbaud a été destructrice. Mais c’est justement cet extrémisme qui me bouleverse.

- Fatalement ! Du tragique naissent souvent les plus grandes œuvres…La littérature est emplie d’histoires d’amour dramatiques.

- Comme vous je suis passionné par ces rencontres improbables et…d’une telle richesse. »

Voilà ce que ma voix a prononcé.

 Ô ma tête, qu’as-tu à tourner ? Que finisse enfin ce vertige ! Ainsi, je perds ma raison et tout contrôle, vous le voyez bien. Je n’en puis plus de ce nuage qui embue mes pensées, qui embrume mes paroles, qui…Je me sens comme ce pantin  mû par un fil venu de je ne sais où et gesticulant dans une boite ridicule. Retrouvez vos esprits ma chère, il est encore temps. Après tant d’années de culture, d’apprentissage et de réserve, il est extrêmement dommage de tout oublier en un instant. Allez ! Je compte sur vous…

- « Le train ralenti effectivement. Un problème technique peut-être ?

- Un café ? Euh oui, je…je vous accompagne volontiers…

- Ô pardon ! Vous avez failli tomber n’est-ce pas ? Ils devraient prévenir de ces freinages intempestifs…J’ai du vous retenir… !

- Ne vous excusez pas ! C’est euh…naturel.

- Oui…non… tout va bien, je suis un peu…troublé ! »

Voilà ce que ma langue a balbutié.

Ô mon corps, quel est ce frisson ? Vous m’avez parcouru de pied en cap ! Que dis-je ? Transpercé, bouleversé, révolutionné, explosé…Je ne trouve pas le mot qui convient à cette impression. Le corps de cette femme contre nous, s’apparente à un séisme, non ? Et le tsunami, c’est maintenant. Ma peau, qu’avez-vous à tressaillir ainsi ? Remettez-vous de ce furtif contact avec les mains de cette déesse enivrante ! Quelques secondes ont suffit à toutes vos terminaisons nerveuses pour capter ce mystérieux fluide, pour sentir l’infinie douceur, pour…Ah, vous n’êtes pas toujours aussi réactive, dites-donc ! Mais, finissez, je vous prie…

- « Vraiment, je vous assure, j’ai bien entendu…une heure d’arrêt !

- Moi aussi, Lou! Je ne suis en rien…pressé. »

 

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

© Emecka-Mk

Mai 2014

 

*

 

 

Pour visiter l'univers d'Emecka - Mk, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://emecka.blogspot.fr/p/renaissance-et-liberte.html

 

*

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×