Colette Daviles-Estinès - Spleen

Spleen

 
 
La nuit se griffe aux feux
des Noëls de magasin.
J'irai marcher
d'une flaque d'ombre à l'autre.
J'irai noyer mon spleen
aux reflets des solitudes anonymes.
Puis le jour se lèvera
finalement,
une lune accrochée aux commissures du ciel.
Et je respirerai l'air
du large que j'ai pris,
comme tu dis.
L'hiver autour du cou,
mon insomnie en bandoulière.
 
 
 
*          *
 
*
 
 
Tous droits réservés
 
Colette Daviles-Estinès
 
Décembre 2010
 
 
*
 

5 votes. Moyenne 4.80 sur 5.

Commentaires (1)

1. Nouvel 29/12/2013

Merci de ce beau texte, touchant, tendre et triste, mais qui parle d'une réalité hélas si tangible!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×