Christophe Dessaux - Oui, ces sons crissent.

Oui, ces sons crissent.

 

 

 

Dissonance.

Sonne faux.

Ces sons crissent.

Sonne à la volée.

Ces sons claquent.

Sonne le glas.

Ces sons cognent, ces sons griffent.

 

.

 

Ces sons giflent, ces sons crissent, ces sons claquent, ces sons cognent, ces sons rompent, ces sons crachent, ces sons crashent, ces sons piaillent, ces sons criblent, ces sons cinglent, ces sons croquent.

 

.

 

Ces sons griffent,
Chats noirs en processions.

 

.

 

Portés par des brutes, ces sons piétinent notre présent de leurs timbres faux, c'est flippant.

À coups de marteau, à coups de maillet, à coups de mailloche, à coups de presse, à coups de batte, à coups de masse.

Tous ces coups portés nous compriment le thorax.


.

 

Foutez-nous la paix !

 

.

 

Ces sons hurlent, ces sons beuglent, ces sons braillent, ces sons vrillent. Ils s'engouffrent et transpercent et s'emparent. Nous possèdent, nous prennent, nous pénètrent, nous sautent, nous tringlent, nous tronchent, nous vergent.

Nous envahissent.

 

.

 

Du coup, oppressant, un gros bourdon omniprésent nous inonde.

(Ici, je pousse un gros soupir, mais à la lecture, vous ne l'entendrez pas, car les soupirs ont le bon goût de ne pas faire de bruit.)

.

.

.

.

Comment ? Quelle est votre question ?... Parlez plus fort, on ne s'entend plus… Vous voulez savoir comment je m'en sors au milieu de tout ce fracas ?

Ah mais, je ne m'en sors pas.
Et comme tout le monde, je me blinde et je serre les dents.

J'ai, dans la bouche, un goût de caillou qui bouche.

 

.

 

J'ai, dans le crâne, un carillonneur fou qui s'accroche à sa cloche fêlée et qui me tient éveillé.

Il martèle, de la pointe du jour à la tombée de la nuit, les dissonances d'un monde.

 

 

Dong !

La première s'appelle Finance.

Dong !

La deuxième s'appelle Gouvernance.

Dong !

La troisième se nomme Agence.

Dong !

La quatrième s'érige en Puissance.

Dong !

La cinquième s'appelle Complaisance.

.

Dong !

La sixième est Marchandisation.

Dong !

La septième s'éternue Tchador.

Dong !

La huitième est Intégrisme.

Dong !

La neuvième est Misère.

Dong !

La dixième sourd de la Terre elle-même en un cri inarticulé.

 

 

.

 

Oui, tous ces sons dissonants crissent.

Ils détraquent, ils détruisent, ils déflorent, ils débâclent, ils débauchent, ils débilisent, ils déboisent, ils dégoisent, ils déraillent, ils déboussolent, ils déboutonnent, ils décousent, ils défrayent, ils débraillent.

Ils désossent.

Ils démembrent, équarissent.

(Ici, je pousse un nouveau soupir.)

 

.

 

Pour conjurer mes peurs après ce dixième coup de minuit, j'assomme mon carillonneur et je me dis  :

 

Il y a des musiques éthérées qui vous marquent au fer rouge,

Des voix d'anges et des sons qui vous touchent.

Il y a, assuré, un petit pas devant l'autre,

Un miroir, un lutrin, et puis un bon apôtre.

 

Il y a des soirées apaisées,

Des lumières partout.

Des nuits étoilées

Et de jeunes chiens fous.

.

.

.

.

.

.

………….  Notre monde est atteint de dysonance.

.

.

.

.

.

..………. Occupons l'Espérance indignée.

 

 

 

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

© Christophe Dessaux

 

*

 

 

Pour découvrir l'univers des mots de Christophe Dessaux, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

 

http://histoiresaucreux.tumblr.com/

 

*

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. BethanyAie (site web) 07/10/2017

http://smartpound.com/user.php?login=tfaltin57&view=history

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×