Christine Millot-Conte - Fragments d'instantanés - 17e Printemps des Poètes

Fragments d'instantanés

 

10346463 769363293101442 1749282897715466791 n

Texte publié dans le cadre du 17e Printemps des Poètes pour Variations d'une plume.

 

*

 

 

 

C'est juste une image dans une salle de classe

Juste une classe, où des enfants, tirant la langue, s'appliquent

Quand soudain, de toutes parts surgit la menace

Fer et feu font valser loin de la cour les portiques

Des cendres, on retrouva juste des petits corps faméliques

Combien encore d'innocences sacrifiées sur le bûcher des hérétiques ?

 

C'est juste l'image d'une femme sur le quai d'une gare

Juste une gare, où se cotoient toutes les partances

Quand soudain arrive le train dans le matin blafard

La locomotive pulvérisa la femme, qui s'était jetée dans la mouvance

Des débris, on retrouva juste des oripeaux de souffrance

Combien encore d'êtres sacrifiés sur le bûcher de l'indifférence?

 

C'est juste l'image d'un homme dans une rue, la nuit

Juste une rue où sous un porche,une silhouette est tapie

Quand soudain, prestement, un couteau jaillit de son étui

La lame s'enfonce dans la chair encore et encore sans répit

Figé dans le hasard, on retrouva juste un corps ensanglanté sans vie

Combien encore d'hommes sacrifiés sur le bûcher de la xénophobie ?

 

Souffrance, indifférence, intolérance

Combien encore de sang versé dans la violence ?

Turpitude, multitude, solitude

Combien encore de vies brisées par l'habitude ?

 

Instantanés, bribes d'existences fauchées

vite oubliées par le dernier scoop télévisé.

 

 

 

 

 

 

*          *

 

*

 

 

Tous droits réservés

 

© Christine Millot-Conte

2 septembre 2014

 

 

*

 

 

16 votes. Moyenne 4.88 sur 5.

Commentaires (4)

1. Louyse Larie 20/03/2015

C'est juste une simple et fugace visite d'une passagère
au cœur d'un univers très habilement conté qu'il lui plaît de traverser,
le temps d'un intense plaisir de lecture !
Quand le message implicite se conjugue à la force
et que les mots s'en vont cueillir l'espérance,
mon émotion s'en voit décuplée !

Merci chère Conteuse, c'est beau, c'est pertinent, c'est très partageur, à bientôt ici comme ailleurs :-)

2. Claire Obscur (site web) 19/03/2015

Aïe, ouille ça fait ..juste mal,
juste que tu décris bien ce qui est injuste.
juste que l'homme est tordu !

3. Braguer Audrey 16/03/2015

Juste vrai et si dur à accepter! C'est très bien écrit! J'applaudis le fond et la forme faite de mots très bien choisis...

4. Cros Roselyne 16/03/2015

Magnifiquement écrit et dit ! Bravo Christine !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.