Cédric Mesuron - Absence

Absence

 

 

 

 

             Où va le jour
            qui rejoint sa stèle ?

 

            Dans l’armoire
            le linge a disparu

 

            un halo de poussière
            ronge la vie

 

            Et dehors
            dans le ciel

 

            mille paupières dorment
            – noyées de peine…

 

            Peut-être

 

            compatissent-elles
            avec le solitaire ?

 

            Peut-être

 

            compatissent-elles
            avec son corps nu

 

            que les vents et frimas
            font trembler dans la ruelle ?

 

                                                 *

 

            Dans la chambre
            froide

 

            le lit frigide
            pleure l’exil du mort

 

            et bien que lisse
            le vieux plancher

 

            est creusé
            de remords…

 

            Et là-haut
            derrière la fenêtre

 

            qui écrase la rue
            où passe le vieux mort

 

            les voix dansent
            dans le vide

 

            Oui elles dansent
            et reconstituent les corps

 

            Elles s’unissent
            dans le noir

 

            et chantent la plainte
            sous la lune…

 

 

 

 

 

*

 

 

 

Extrait du recueil  " La Maîtresse du Jour "

 

 

 

 

 

*          *

 

*

 

 

 

Tous droits réservés

© Cédric Mesuron

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

13 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.