Cédric Mesuron - Passerelle

Passerelle

 

 

 

Sur la boue de ton chemin et ses ornières remplies de flaques d’eau où se reflétaient les paupières des étoiles, tu as penché ton regard dans la nuit descendante. Le vieil arbre noir et exsangue pour seul compagnon qui pleurait l’abandon t’accompagnait, toi et tes pas, en cette terre visqueuse.

 

Surtout ne pas trébucher… même si ce n’était qu’un être presque mort, fléchissant sur ses racines, qui eut à remarquer ce faux pas. Tu marchais sur cette étendue dépeuplée dans le brouillard, car, et tu le savais, mille bras dans la nuit, comme des fantômes tendus dans l’anonymat, t’attendaient au bout du chemin. Pluies, bourrasques et frimas, ce chemin était la passerelle qui unit les chagrins et peuple la terre de la joie. Droit devant, tout droit ! malgré la glue du sol, malgré ce village derrière toi qui t’appelle et pleure ta disparition. Déjà, les fantômes se réveillent pour toi. Déjà, ils guettent tes pas. Déjà, ils déchirent leurs volets pour accueillir ta lumière. Il paraîtrait qu’un seul rayon justifierait leur vie. Il paraîtrait qu’avant que tu partes, l’une d’entre elles, ombre, s’est pendue au ciel : elle n’a vu que la boue sur la passerelle, et personne en chemin.

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

Extrait du recueil  " La Maîtresse du Jour "

 

 

 

 

 

*          *

 

*

 

 

 

Tous droits réservés

© Cédric Mesuron

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. AlysonQhb (site web) 09/10/2017

Oh Heavens. I don't know what to do as I have tons of work to do next week month. Plus the university exams are getting, it will be a stretch. I am already being anxious maybe I should link to calm down a little bit. Hopefully it will all go well. Wish me luck.

Ajouter un commentaire