Amina Idrissi - DESERT

DESERT

 

A bout de souffle, épuisé

Je me laisse enfin choir

Sur le sable surchauffé !

Il me semble au loin voir

 

Le bleu du ciel telle une mer

Qui viendrait rafraichir l’enfer,

Des nuages blancs très frais

Qui pourraient m’étancher.

 

Le désert tel une immensité

M’englobe dans sa grandeur.

Je ne suis rien, un bout égaré,

Un artefact, une petite erreur.

 

J’attendrais la nuit et ses étoiles

Pour me guider dans la fraîcheur

Et libérer le désert et ses voiles

Des mirages de folie et des peurs.

 

 

*          *

*

 

Tous droits réservés

Amina Idrissi

 

*

 

Pour découvrir l'univers d'Amina Idrissi, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

aminaidrissi.tumbir.com

 

*

 

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.