Aliza Claude Lahav - Le Père Noël est universel

Le Père Noël est universel

 

Le père Noël est universel, il traverse le temps et les intempéries sans prendre une ride. Il est né vieux, il ne craint donc pas de perdre sa jeunesse, travaillant peu de jours, mais sans relâche, il n'est jamais fatigué. Ce vieux monsieur à barbe blanche a la faculté de se trouver partout dans le monde exactement à la même minute et d'être présent pour chacun des millions d'enfants. Il traverse frontières et religions, langages et croyances, il existe ou a existé pour chacun de nous.

Le mien, mon père Noël, se loge dans un coin de ma mémoire depuis fort longtemps, c'est d'ailleurs la seule visite de ce vieux monsieur dont je me souvienne. Je devais avoir quatre ou cinq ans, petite fille choyée par les siens, chahutée par ses grandes sœurs, curieuse de tout, je revois comme si c'était hier la cheminée qui me semblait immense, un peu effrayante. Relié à cette cheminée par je ne sais quelle tuyauterie se trouvait un poêle à charbon que l'on nommait, je crois, salamandre et dont l'espèce n'existe certainement plus aujourd'hui. Toujours est-il que cet animal imposant, fort beau d'ailleurs puisque recouvert d'un bel émail bleu vert, tenait son rôle à merveille et nous offrait une ambiance chaude et ouatée. Près de lui se trouvait une chaise à dossier haut, recouverte d'un velours rouge foncé et que j'ai toujours vu là, été comme hiver. La place privilégiée de mon père lorsqu'il prenait quelques instants de repos en fumant sa pipe après les repas ou lorsqu'il fuyait la ruche de son atelier de tailleur.

Ce soir-là j'étais, comme souvent, assise, bien calée sur ses genoux, cela devait être un 24 décembre. Depuis des jours j'avais passé mes commandes au père Noël, ma sœur aînée avait écrit, sous ma dictée, une lettre détaillant mes désirs d'enfant, mais elle avait bien spécifié que papa Noël n'était pas assez riche pour honorer une liste aussi longue. J'étais donc curieuse, impatiente, mais sans illusions.

Papa me glissa à l'oreille " C'est le moment ma Didine, va chercher tes souliers, c'est cette nuit qu'IL fait sa tournée…" Tout émue, je cours chercher mes chaussures, pour plus de sûreté j'en choisis deux paires que je dépose dans la cheminée, pas trop près de la salamandre afin de laisser assez de place pour tous les cadeaux qu'il déposera pour moi. J'ai le cœur qui bat.

Mes deux sœurs, assises près de la grande table de salle à manger, têtes penchées l'une vers l'autre, chuchotent en ricanant et je sais bien qu'elles se moquent de moi. "Quel bébé, elle croit encore au père Noël, cette petite môme ne va jamais grandir, une vraie gosse, et patati et patata…" Mon cœur ne bat plus, il se serre, une boule se forme dans ma gorge, signe de gros chagrin qui va sûrement se liquéfier très prochainement.

Je ne me souviens plus du réveil du 25 décembre au matin ni des cadeaux reçus. Mais il me reste en mémoire l'image bien précise de mon père, un reflet de compassion rieuse dans le regard, m'attirant à lui, me soulevant délicatement, me déposant à nouveau dans mon nid protecteur que forment ses genoux. Sa voix forte qui porte son message à travers la pièce et qui fait taire les mauvaises langues : " Eh ! Bien moi je suis certain qu'il va passer par ici cette nuit ce fameux père Noël, ce qui fait que nous sommes deux à y croire ma Didine !" Et tout doucement, pour être entendu de moi seule :" je l'ai même rencontré dernièrement, je l'ai prié de te gâter et il a promis… j'ai confiance en lui..."

 

Je ne me souviens plus ce que je trouvai dans mes souliers le lendemain matin, tant d'années ont passé. Après ? Après le monde s'est éteint, il y eut la guerre, la déportation, la disparition. Plus rien ne fut comme avant.

Mais il me reste en mémoire un souvenir indélébile de ce soir de Noël, excitation heureuse, espoir et confiance. J'ai encore sur moi le regard aimant de mon père et sous mes lèvres d'enfant la sensation rugueuse de ses joues mêlée à une odeur de tabac. Le 24 décembre, à quatre-vingts ans je suis toujours une petite fille juive qui fête Noël.

 

 *          *

*

 

Tous droits réservés

Aliza Claude Lahav

 

*

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

1. AlysonPdi (site web) 11/10/2017

https://pixeldra.in/u/dfuEac

2. AlysonFwk (site web) 09/10/2017

Oh Heavens. I don't know what to do as I have tons of work to do next week summer. Plus the university exams are approaching, it will be a disaster. I am already panicking maybe I should here to calm down a little bit. Hopefully it will all go well. Wish me luck.

3. Tippi 29/12/2013

Croire au Père Noël prend un sens nouveau sur les genoux et bien au chaud de ce si beau souvenir. .. le noël suivant t'avait tellement volé ... je suis toujours très émue, tu le sais Aliza, à ces mots. .. merci de nous offrir cela.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×