Aliza Claude Lahav - La maison enchantée

La maison enchantée

 

Laurie2bis 2

 

J'ai demandé à Laurie (4 ans) la petite-fille d'une amie très chère, de me dessiner un dessin.
Voici son oeuvre, et la description qu'elle en a faite à sa mamie est la suivante:


Le dessin représente une femme avec un manteau de laine et un balai bleu.
Elle a un chapeau sur la tête et ce qui sort de sa bouche,
c'est de la buée que tu vois en mauve et au-dessus de son chapeau.
Il y a un beau soleil et à gauche un petit chien.

Je dédie ce conte à Laurie dont j'ai eu le plaisir de faire la connaissance, lors d'un voyage au Canada en 2001.

 

*          *

*

 

 

Il était une fois une femme avec un manteau de laine et un balai bleu. Elle portait également un chapeau et il faisait si froid qu'une buée mauve sortait de sa bouche. Notre histoire commence lors d'une journée glaciale, cependant ensoleillée, même le petit chien qui suit la dame partout où elle va est transi de froid, il n'arrive même plus à remuer la queue alors qu'il a très envie de se trémousser de joie.

C'est qu'hier c'était Noël et le petit chien, que nous nommerons Bizou, avait reçu un si beau cadeau qu'il en était encore tout ému : un énorme os en caoutchouc sur lequel il pourrait faire ses jeunes dents avides de grignoter. La dame au balai bleu, nous tairons son nom pour le moment car elle tient à garder son incognito, semble quant à elle totalement épuisée, elle a tant travaillé ces derniers temps! Cependant elle continue à balayer son pas de porte avec énergie, elle déblaie la neige qui s'est amoncelée durant la nuit, de temps en temps elle réprimande Bizou qui gambade autour d'elle. Durant un moment elle s'appuie sur son balai, admire le paysage feutré de poudreuse. Malgré sa fatigue, cette brave dame arbore sur son visage un grand sourire de satisfaction, celui des lendemains de travail bien fait.


    Une fillette qui passait par-là par hasard, emmitouflée dans son gros manteau d'hiver, ses écharpes, ses gants et son bonnet à pompons, s'arrêta net à la vue de Bizou. Elle le trouvait si mignon ce petit noiraud avec sa tache blanche sur son museau et lui, se sentant admiré ne put résister au désir d'être courtisé. En faisant toutes les petites coquetteries dont il était capable, il s'approcha doucement en frétillant, avec des petites courbettes et des yeux tout sourire ; une vraie entrée en scène, quel cabotin ce Bizou. La fillette fut charmée, elle tendit sa petite main gantée pour offrir une caresse, Bizou prêta volontiers sa fourrure noire, brillante de mille flocons de neige. La petite, émue, enleva son gant, déposa légèrement sa main sur la tache blanche, la truffe frissonna de joie…


     -" Bizou! Bizou! Tu m'entends? " cria la dame au balai bleu, " allez, viens, on rentre! "


    Bizou, du regard attira la petite fille qui se mit à le suivre. De l'extérieur cette maison avait un air de mystère, une porte d'entrée très large, pas de fenêtres, un large toit dominé par une immense cheminée aussi large que haute. Curieuse et hésitante, la petite s'avança, encouragée par le large sourire de la dame au balai qui s'effaça pour la laisser franchir le seuil de cette demeure un peu bizarre.


    Dès son entrée, la petite fut éblouie par une forte lumière, comme un grand soleil un jour d'été, mettant sa main au-dessus de ses yeux afin de se protéger de cette forte réverbération, elle fut ébahie par ce qu'elle découvrait. Bizou, lui, jappait, courait autour d'elle, se démenait pour lui faire visiter son foyer. La dame, elle, avait enlevé son manteau de laine et son chapeau, abandonné son balai bleu dans un coin et riait aux éclats devant ce visage ahuri.


    La pièce était immense, les murs multicolores décorés de frises de fleurs, de fruits et de friandises. Rien qu'à les regarder on avait envie de les lécher. Le plafond scintillait de mille étoiles en plein jour. Et partout, dans toute la pièce, amoncelés, entassés, éparpillés, dans un désordre total, des jouets de toutes formes et de toute grandeur. Des jouets pour petits et grands, une multitude de jouets !


    La dame s'approcha de la petite fille et lui dit gentiment : " Enlève ton manteau, mets-toi à l'aise et fais comme chez toi. Tu peux fouiller, admirer… Tu pourrais peut-être nous aider à mettre un peu d'ordre dans tous ces laissés-pour-compte, il y a toujours des commandes en double. "


    Le sol était recouvert d'une moquette feutrée, de couleur blanche, qui faisait penser à un champ de neige immaculée. On avait tout de suite envie de s'y rouler, ce dont Bizou ne se privait point.Un peu partout un déploiement de panoplies de toutes sortes, de robots, de nounours, d'animaux en peluche, de hochets, de cubes, de perles, d'instruments de musique, de ballons, de cerfs-volants, de soldats de plomb, de petites voitures, de grosses voitures, de bicyclettes, de tricycles, de trains électriques, de boites de jeux, de crayons de couleur… enfin bref, c'était comme si un magasin de jouets s'était vidé ici pêle-mêle.


    La fillette n'en croyait pas ses yeux, elle fut particulièrement attirée par une mélodie sur trois notes qui sortaient d'une boite à musique, sur le couvercle, une petite ballerine, les bras en l'air, tournait inlassablement. Tout près de là se trouvait le coin des poupées, de toutes les grandeurs, de toutes les couleurs, les joues roses et les cheveux brillants, habillées de vêtements scintillants, assises ou debout, fermant les yeux ou éveillées, silencieuses ou répétant papa maman sans se décourager. La plupart étaient sorties de leur boite, certaines s'enlaçaient comme si elles se connaissaient. Et il y avait également des maisons de poupées, avec toutes les pièces et l'ameublement, la cuisine et ses ustensiles, la salle de bain et sa petite baignoire, ses brosses et ses peignes miniatures. Et pour compléter, des déguisements, des bijoux de pacotille, des habits de cérémonie, des baguettes magiques, des couronnes de fées…


    C'était trop, la petite visiteuse ferma les yeux, elle avait la gorge serrée, un peu de peur et de joie s'y mêlaient, elle était un peu perdue. Amicalement Bizou vint se frotter à ses jambes, il avait compris le désarroi de sa nouvelle amie. Une main légère, celle de la dame au balai bleu se déposa sur l'épaule de la petite, qui, rassurée, ouvrit les yeux.

C'est alors qu'elle LE vit. Il dormait, affalé sur un grand fauteuil de velours vert, sa houppelande d'un rouge vif était un peu fripée, sa longue barbe blanche tressautait au rythme de son ronflement monotone, son bonnet lui arrivait jusqu'aux yeux, ses joues rougies par le froid étaient ridées. Sur ses lèvres se dessinait un grand sourire de satisfaction, il avait l'air heureux… La petite fille se tourna vers la dame au balai bleu, un point d'interrogation dans les yeux : C'est Lui? La dame sourit, hocha la tête affirmativement et mit un doigt sur sa bouche… Chut ! Il fallait le laisser dormir, il l'avait bien mérité !


    La voix de mamie arrivait, lointaine, au travers des limbes du sommeil : " Allons petite chérie, il est tard, papi a préparé un bon petit-déjeuner pour toi." La petite fille s'étira et s'éveilla lentement. Elle n'était sûre de rien et ne sut jamais si elle avait rêvé ou si elle avait vraiment pénétré dans la maison du père Noël. Ce dont elle était maintenant persuadée, c'est qu'il existait également une mère Noël et un toutou Noël. Et qui pourrait lui prouver le contraire !

 

*          *

*

Tous droits réservés

©Aliza Claude Lahav

Janvier 2004

*

Pour continuer à visiter l'univers d'Aliza Claude Lahav, voici son cahier de brouillon :

http://moncahier.net/arbreaccueil.htm

*

 

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Commentaires (3)

1. AlysonYac (site web) 09/10/2017

Hi all! Lately I have been battling with a lot of Problems. Friends and doctors keep telling me I should consider taking pills, so I may as well source and see how it goes. Problem is, I haven't taken it for a while, and don't wanna get back to it, we'll see how it goes.

2. Cros Roselyne 24/11/2014

très joli conte, coloré et adorable ! J'ai beaucoup aimé !

3. Tippi 24/12/2013

Un Bizou de Noël, une petite Laurie qui a grandi avec un joli conte sur son dessin. Moi aussi j'ai eu envie de me rouler dans cette moquette crémeuse. La dame noël a l'air d'être toute douceur et gentillesse. C'est grâce à ses bons soins que ke père noël est si généreux. Sinon sans mère noël peut-être serait-il bougon de n'avoir pas assez dormi !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×