Anna Logon -   La Correspondance de Léonie

La Correspondance de Léonie - 3

 

Lettres3

 

 

Saint-Sylvestre, le 29 Juillet



 Mon Affectueux,

            Mon Augustin, vous me trouvez fourbue ! Hier, avec Baptistine, nous avons quitté la « Villa Fanny » dans l’après-midi. Descendant vers la ville, nous sommes un instant arrêtées sous les platanes observer quelques triplettes animées. Reprenant notre chemin, montaient les bourdonnements de la grand place aux murs ocre épicés de safran et de curry parvenus de l’Orient par les portes vénitiennes, aux fenêtres baignées de menthe volets accostant du littoral en façade. Les étroites ruelles se tiennent serrées au frais quand la cigale chante fort. Il en émane des effluves de tomates chaudes, d’olives séchées et de porchetta grillée émoustillant les narines. Plus loin des odeurs de lessive se mêlent à l’entêtante lavande. Sur la place Saint-François, les étals aux poissons se replient attendant le prochain matin pour d’autres chalandages sous la surveillance des goélands aux aguets. J’entends encore ces deux basarettes sur échasses semblant fort se chicaner le verbe haut et la gouaille perchée.

            Après quelques huitres et moules au Café de Turin, nous sommes enfilées dans le grouillant labyrinthe menant vers la plage. Russes et Anglais en promenade au bord du soir digéraient socca et farcis en regardant le soleil se coucher dans la mer. Oh, qu'acò's bèu ! Assises sur un banc, nous reprenions notre souffle. Dans le vague rivage, les cannes à pêche se réappropriaient les galets, quand plus loin d’autres audacieux plongeaient dans les flots.

            En retour gourmand, les frais cornets gaufrés de Fenocchio ont su nous tenter. Café, caramel et fouasses parfums fruités coloraient la devanture.

            Dans l’été éphémère, que de vie aux bords des terrasses regorgeant de badauds, quand nos villages se meurent. Telles des cabrettes, les âmes descendent des faïsses pour vivre en insectes attirés par les lumières de la côte. Que de monde mon ami, que de monde… et que j'eusse aimé que vous fussiez là.

            Je vous embrasse.

 

                                                                       Votre Léonie

 

 

*           *

*

 

Tous droits réservés

Anna Logon

29 Septembre 2013

 

*

Pour lire La Correspondance de Léonie - 1

Anna Logon -   La Correspondance de Léonie

Pour lire La Correspondance de Léonie - 2

Anna Logon -   La Correspondance de Léonie

 

*

Pour découvrir l'Encrier d'Anna Logon, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://annalogon.eklablog.com/

 

*



4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×